Menu

OCR SV SERIES – Fusternaü bei Osnabruck

Format : 19km Mud Edition    Départ Strong Viking Séries : 10:00     Météo : 7°C soleil

Nous avons conservé le nom original des obstacles dont vous trouverez la description dans le lexique.

Samedi 11 Mars 2017 à la base de loisir de Fusternaü en Allemagne a eu lieu la première épreuve des OCR Strong Vikings Séries. Plusieurs centaines de compétiteurs se sont donc positionnés pour tenter une performance à cette épreuve technique et très physique.

Enfin ! Après 4 mois d’absence de compétition et 91 jours de préparations c’est avec une grande impatience que je me suis rendu sur le  village de la première Strong Viking de la saison. Il était situé au sein de la Fustern Forrest, une base de loisirs proposant plusieurs activités de plein aire, motocross, Quad, 4×4 et même de la conduite de chars ! Les organisateurs ont pris soin d’apporter tout le confort aux participants en mettant en place un vestiaire chauffé et une consigne intérieure, un service de restauration avec tables de pique-nique, boutique de produits dérivés, stand photo, le tout à proximité de l’arche de départ.

Le retrait de dossard se fait rapidement grâce au système de code-barres et de puce jetable (oui après la course on jette les puces, bienvenue en 2017) les compétiteurs ont également reçu une chasuble (nom féminin les gars !) jaune a porté durant la compétition pour éviter le dossard qui se décroche ou les numéros écrits au marqueur sur la peau… l’OCR avance dans la bonne direction ! ^^

Globalement, les organisateurs ont affiché une grande maîtrise et efficacité dans l’organisation de leur événement.

Un quart d’heure avant le départ nous nous sommes positionné dans le sas au pied du Valhala Wall (Palissade deux 2 mètres) après un rappel des règles de conduite, quelques cris de motivations  et un faux départ (Ca y est on est prêt pour le JO, on fait des faux départ…) nous avons pu lancer la Séries et l’ouverture des hostilités.

Une seconde après le départ officiel on a rencontré une première difficulté. Je vous la résume en vous énonçant le problème suivant, à vos crayons :

  • Soit A, 300 coureurs ultras motivé conditionnés dans 25m² (taille du sas numéro 1)
  • Soit B une palissade lisse de 2m50 à escalader sans élan
  • Soit C le speaker qui chauffe tout le monde

Calculé le nombre de compétiteurs piétiné ? ou P = { ( Ax25m² ) x C  }  / 2

En gros un joyeux bordel pour franchir ce wall encombré de chasuble jaune, je me retrouve donc dans les 60èmes et je me dis que le peloton de tête a dû en profiter pour prendre une belle avance. On s’est engagé tout de suite dans un bois pour attaquer une première partie de run jusqu’au premier obstacle un monté de corde lisse (Rope Climbing).

Il avait dû pleuvoir pendant des jours dans cette région puisque les chemins étaient parsemés d’immense flaque d’eau, on peut dire des lacs ? des étangs alors ? des fleuves ? bon bref des étendues d’eau qu’il fallait éviter soigneusement, quand c’était possible,  pour conserver un bon rythme de course. Globalement les terrains étaient glissants collants et très technique. Il laissait peu de répit au coureur, il fallait avoir les chevilles et les jambes solides pour évoluer sur une abondance de sable, glaise ou herbes hautes…pleines de tiques ! J’en suis sur !

En matière de balisage j’ai été agréablement surpris de constater que des rubans étaient disposés des deux côtés du tracés tout le long du parcours ce qui empêche tout risque d’égarement même pour toi Mathieu 🙂

Nous avons continué de suivre le balisage pour rencontrer quelques obstacles qui ont fait la réputation de la franchise, en commençant par le Balance Bar (obstacle d’équilibre) le Log Road / le Weighted Crawl (rampé sous une bache)  le Raise the Sail qui demande beaucoup de ressources pour être hissé, on attrape au passage le marteau et le bouclier des vikings pour l’obstacle Carrying Shield puis est venue ensuite Throw the Hammer l’épreuve de lancer se fait par le biais d’un jet d’un marteau en bois contre une cible positionnée 8 mètres plus loin. Ensuite, un poid sur une sled à tirer via le Sled Pull puis le premier Loag Carry sur une portion avec un faible dénivelé.

Le franchissement des obstacles était bien contrôlé par une quantité de Marshall idéalement positionné pour éviter tout manquement.

Après le huitième kilomètre on est revenu vers la zone du village où était positionnée une zone d’obstacles multiples. En premier le Brother Hill, une haute structure glissante à escalader seule (et oui c’est la compèt’ ! )  suivi par le Muddy Hurdle et un Hang us enchaîné avec un rampé de 15 mètres des familles. Tout près se situait un exigeant Mud Trench constitué de sable lisse laissant peu de possibilités d’accroche.

Il fallait garder de la force puisque le  Storm The Castle s’est dressé devant nous et quand on pensait repartir sur du run on a fait face au Viking Rig puis le Dragon Tails ,une corde suspendue à franchir en cochon pendu ou autrement, donc deux obstacles de suspension successifs.

Une fois celui-ci derrière nous nous sommes entré dans un petit circuit de motocross où l’on devait traîner derrière nous le Log Drag sur une grande partie du circuit.Après avoir laissé passer le 10ème km on est reparti dans les bois pour affronter de nouveaux obstacles idéalement répartis pour équilibrer les efforts des compétiteurs.A ce moment de la course les écarts étaient plutôt conséquents et plusieurs centaines de mètres séparaient les coureurs.

Autour du quinzième kilomètre nous sommes entrées dans une carrière de sable pour le fameux Thor Odissey un porté de sac avec plusieurs monticules à escalader. Le sable était très lisse et fin, ce qui demandait un effort important de la part des coureurs. Au total nous avons transporté notre fardeau sur 1500m  ce qui nous à tous mis dans le rouge.

Soulagés d’avoir rendu le sac  nous avons repris le tracé en bordure du bois en passant par le Gunnor Strugles, puis soulevé pour un tour la Konan Wheel et se suspendre à nouveau via le Gunnor Ropes,  ensuite un sentier traversant le bois nous a menés jusqu’au Waver qui sollicite tous les muscles du corps, puis  nous avons traversé une zone d’obstacle utilisé pour le paintball avant de nous ramener vers le village pour les obstacles finish.

 

La dernière zone s’étendait sur 200 à 300 mètres où se trouvait le Varjagen Saga un combiné de ring wheel et obstacle de suspension, si on survit on s’attaque au Peck Board + Anneaux mouvant les autres prennent la pénalité, pour finir il fallait effectuer 3 Pull up Jump  puis un dernier rampé avant d’escalader le Whalala Step Finish pour franchir la ligne d’arriver. Cet enchainement a contribué au chamboulement du classement des coureurs.

Au final nous avons parcouru environ 21 à 22km pour 43 obstacles, le début de la compétition a mis une pression supplémentaire sur les coureurs qui ont maintenu un rythme élevé de course comme en témoigne le temps total du premier : 1 heures et 49 minutes.

Après la course nous avons pris la pose pour quelques photos finish, récupéré une bière (une pinte sinon ça compte pas il paraît…) une collation et un tee shirt. Il n’y avait pas de médaille mais un bracelet à cumuler avec d’autres afin de l’échanger par une véritable médaille de finisher.

La course était très exigeante par sa configuration mais les efforts ont été fournis de manière très équilibrée par une répartition astucieuse des différentes structures. Si vous avez l’occasion de vous rendre en Allemagne l’édition Fusternaü dei Osnabruck vaut vraiment le détour, surtout pour le format Beast !

Maintenant place à la récup et la reprise en douceur des entraînements pour préparer la prochaine épreuve qui se tiendra le dimanche 26 mars à Nimègue aux Pays Bas 🙂 Sauf si d’ici là le site ferme par manque de dons 😉

Bon courage pour vos prochaines courses !

 

 

Geoffrey Nicolas

Du fun et de la performance, Geoffrey Nicolas nous partage ses chroniques d'Élite et de membre de la team French Frogs

Continuez votre lecture

2 commentaires

  1. beau récit et belle course geoffrey

Laisser un commentaire

Soutenez Obstacle.fr