Rencontre avec… Kelly Maillot

Elle est l’une des révélations de la saison 2016, n°1 française sur les Championnats d’Europe de Spartan Race (avec Myriame Essalki), les championnats du monde OCR courte et longue distances… Rencontre avec la Spartan Lions Kelly Maillot.

Sébastien Desbenoit : Bonjour Kelly, on connaît tes performances en course à obstacles mais qui es-tu en dehors de notre sport ?

Kelly Maillot : Je suis une femme ! Je suis une rêveuse, un peu artiste. J’aime créer, imaginer, inventer, réaliser… danser, peindre, retaper, bricoler, décorer … mais danser avant tout.

Je suis aussi fan de voyage. Je rêve de faire le tour du monde. Ce rêve se concrétise avec un ou deux pays par été depuis 7 ans mais j’ai encore d’autres projets… un jour peut être…

Je suis très attachée aux relations avec mon entourage. Ma famille et mes amis prennent beaucoup de place dans ma vie. Je déteste être seule. J’adore partager tout ce que je fais. J’adore sortir, faire la fête, passer du temps avec mon entourage proche.

Je suis une adepte de la bonne gastronomie. J’adore cuisiner et manger ! J’ai plein d’intolérances alimentaires mais ce ne m’empêche pas de bien manger en adaptant les recettes.

Il y a le sport… qui prend quand même beaucoup de place dans ma vie bien avant la course a obstacle… trop ? Je suis une sport-addict depuis l’enfance. Natation, danse, course, escalade, ski, gymnastique, vélo… Je suis plus polyvalente que compétitrice parce que je m’ennuie dans la routine et que je déteste la pression. Je suis plus sports de plein nature qu’en salle pour le besoin d’espace, d’air frais, de calme, de paysages, d’évasion, de rencontres..

Cela m’a poussé à devenir professeur d’EPS pour essayer de transmettre ce plaisir et ce besoin. Et …. je parle beaucoup alors il va falloir me poser des questions très précises !

Sébastien Desbenoit : Comment as-tu découvert l’OCR ?

Kelly Maillot : J’ai toujours fait de la course à pied depuis mes 14 ans pour me détendre et tenter de garder la forme… et la forme… lorsque j’ai préparé le CAPEPS, les taux de recrutement étaient au plus bas et j’ai fait un pari. Si je réussissais le concours du 1er coup je courais un marathon l’année suivante. Bingo ! J’ai couru le marathon de Paris puis enchaîné avec le marathon Trail du Mont Blanc l’année suivante avec mon mari à qui j’ai donne le goût pour la course. Un réel coup de cœur pour le Trail long de mon côté. La course devient vite une drogue… trop de sport… j’ai eu des gros problèmes de genoux. Je ne pouvais plus m’entraîner ni courir si longtemps.

13131734_857963044331134_3197987935720090895_o

J’ai entendu parler de la course à obstacle avec la mise en place de la 1ère Mud Day à Paris. Ça m’a tout de suite emballée : de la course mais pas trop pour mon genou, et le ludique des obstacles. Go. On l’a faite avec mon chéri et un couple de copain qui sont nos coéquipiers actuels. Mais mes problèmes de genou se sont amplifiés et j’ai dû arrêter la course pendant 2 ans ! Mon chéri (Pea) a poursuivi de son côté sur les Spartan Rave en créant l’équipe des Spartan Lions avec un groupe de 5 copains. Filles exclues… 😡

Je me suis reconcentrée sur la danse : nous cherchions une pratique commune avec Pea car depuis l’arrêt de la course nos entraînements en commun nous manquaient. Fin 2015, j’ai réussi à renouer sans blessures avec le plaisir de la course en pensant mieux mes entraînements couplés avec de la natation et du vélo, privilégiant le Trail et les sorties courtes.

Nous avons recommencé à nous entraîner ensemble. J’allais pouvoir tester avec lui les Spartan Race. Ma première, Atlantique 2016, je devais y aller pour voir mais on s’est retrouvée à 3 filles, 3 copines des Spartan Lions. Nos copains nous ont inscrites dans l’équipe, la pression ! Mais ce fut une révélation. Je kiffe !!!

Sébastien Desbenoit : Qu’est ce qui te plaît dans ce sport ?

Kelly Maillot : 1 : Avant tout pouvoir m’entraîner avec mon mari et partager cette pratique à deux !

2 : le rapport à la Nature… retour à l’hébertisme, lol. Ce que j’avais déjà trouvé dans le Trail mais poussé à l’extrême en OCR. On saute, on évite, on passe dessous les obstacles naturels, butes, arbres, rivières, bosses, trous … C’est un peu l’aventure à chaque course. J’adore ce rapport à la nature !

3 : le côté hyper complet me plaît aussi beaucoup à la fois pour la forme générale et le défi qu’il appelle : course endurance + force + agilité + résistance… L’entraînement est aussi varié donc ludique.

4 : je suis aussi séduite par le côté inattendu de la course à obstacles : le défi de devoir s’adapter aux nouveaux obstacles, dénivelés, enchaînements d’efforts nouveaux et inconnus avant chaque course.

5 : ce qui me plaît dans ce sport, c’est aussi et surtout le partage. Coup de cœur pour la complicité de notre équipe qui est avant tout une bande de copains avec qui on partage des sorties, entraînements, soirées et week-ends de courses tellement forts ! Déconnade et PLAISIR toujours au centre. Un réel partage qui fait l’émulation de notre équipe !

6 : le partage est aussi très fort avec les autres coureurs. La compassion dans l’effort partagé, les encouragements entre athlètes, les parties de courses partagées avec d’autres coureurs… cette solidarité sur les compétitions a fini d’animer ma passion pour cette discipline.

13323348_873809719413133_5874292944785597558_o

Et j’oubliais le bonus qui couronne ce PLAISIR : courir en tête d’une course, monter sur un podium et intégrer une équipe de France avec des championnats d’Europe puis du Monde ! Expérience extraordinaire.

Sébastien Desbenoit : On t’as vu aussi à l’aise sur Spartan qu’en OCR une préférence ?

Kelly Maillot : Aussi à l’aise ? Ah non pourtant rien à voir !

J’étais effectivement sur un petit nuage aux championnats d’Europe ente les paysages féeriques, les sensations de puissance en course, les échanges avec les autres coureurs, la course partagée avec Myriame et le résultat final…

À l’aise aux Monde OCR, non !

14657349_10154669243747558_8818619836842247237_n

Les championnats du Monde ont quant à eux été terribles pendant la course. J’étais pourtant plus entraînée mais je suis tombée malade 5 jours avant et j’ai eu de très mauvaises sensations pendant les 2h47 d’effort. J’avais encore de la fièvre la veille au soir et je l’ai payé. Manque de puissance, crampes, jambes lourdes, tremblements… J’étais focalisée sur mon objectif qui me semblait inatteignable si je me fiais à mon ressenti en course. Je ne me sentais pas capable de finir la course. Chaque obstacle et chaque portion de course en côte me rappelaient mes fragilités. J’ai du coup eu du mal à prendre plaisir pendant la course, à profiter de l’ambiance, des paysages pourtant magnifiques et des obstacles vraiment intéressants.

Ce n’est qu’une fois la ligne franchie toujours en possession de mon bracelet que je me suis sentie plus à l’aise. J’ai été très émue à l’arrivée. J’étais hors de moi sur les 20 derniers mètres. J’ai eu du mal à réaliser.
Je suis sortie un peu frustrée de n’avoir pas pu plus profiter pendant la course et de m’être sentie en difficulté. Mais finalement c’est peut être aussi grâce à mon état de forme fragile le jour J que j’ai géré ma course en m’économisant davantage et ainsi pu la finir sans trop de difficultés.

Je préfère les courses OCR pour la variété des défis autant techniques que physiques et leur multitude d’obstacles. J’ai découvert plein de nouveaux obstacles le jour de la course. Il y a une part importante d’analyse avant chaque épreuve pour passer sans se fatiguer si possible du premier coup ! Ça j’adore !

Sébastien Desbenoit :Que conseillerais-tu à quelqu’un qui veuille se lancer dans la course à obstacles ?

Kelly Maillot : Vas-y !

Je suis convaincue par cette pratique. Hyper ludique + Nature + conviviale + variée + complète ! De quoi combler les sportifs en quête de nouveauté et les non sportifs qui cherchent une motivation. Foncez ! Si vous vous posez la question, c’est que vous allez aimer !

Plus je cours, plus j’aime cette discipline. L’appétit vient en mangeant pour la course à obstacles, c’est pareil. Vous allez dévorer. Je me suis surprise à prendre le goût à la muscu en me préparant pour les Monde alors c’est bien que le plaisir en course valait le coup car ça n’était pas gagné.

Attention à ne pas devenir accroc.. C’est vite coûteux en temps, financièrement et pour votre santé si vous faites partie de ceux qui enchaînent des courses tous les week-end ou s’entraînent tous les jours. Santé et plaisir avant tout. Facile avec un sport aussi ludique et complet.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

2 commentaires

  1. Bonjour Kelly Maillot vous êtes formidable j’espère que vous ferrer encore plus de sport vous êtes la meilleure prof d’EPS je vous souhaite la meilleure bon courage.

Soutenez Obstacle.fr