Les Barjos Xgames 2017 et le potentiel de l’extra Short

Suite à l’annulation de la Master Sprint Race (1er championnat de France), la direction des Barjo Extrême a pris la décision d’organiser à nouveau les BarjoXGames. N’ayant jamais eu l’occasion de venir essayer les structures permanentes du clan Barjot c’est avec un engouement certain que je suis descendu près de Lyon vendredi 08 Septembre.

09 septembre 2017 – Vernaisson
Format : Short (415m / 17 obstacles)
Météo : 20° Pluie et éclaircie

Les BarjoXGames, c’est un tournoi unique en France qui se déroule sur une seule journée. Les inscrits ont 2 passages obligatoires sur le parcours pour faire le meilleur temps. Le cumul des deux chronos donne un classement où sont qualifiés les 16 premiers pour courir les 8ème de finale. Le temps maximum d’exécution est fixé à 6 min, passé ce délai si un participant n’a pas terminé le parcours son temps de passage sera égal au temps maximum. Tous les franchissements sont obligatoires, un système de pénalité a été mis en place pour les vagues féminines.

Un troisième run permet d’améliorer son temps cumulé et de se replacer dans le classement général. A savoir que le tableau des 8ème reprend le principe des têtes de série, le 16ème contre le 1er, le 15ème contre le 2ème…

Pour les qualifications nous passons à 3 sur le parcours, lors des phases finales c’est un duel 1 contre 1, chaque victoire permet la qualification sur le tour suivant.

Un finaliste peut donc faire jusqu’à 7 fois le parcours pour espérer le titre. À noter qu’à partir des phases finales le parcours est modifié : ajout ou suppression d’obstacles.

Richard Dupupet nous a donc tous convoqué à 09:00 pour vérifier les inscriptions puis pour procéder à une description des règles et du parcours. Une heure plus tard nous avons lancé le premier run en procédant à un tirage au sort pour définir l’ordre de passage.

Descriptif du parcours de qualification

Le parcours se composait d’un Bear Crawl, d’un passage sur poutre avec jerrican, traversé d’une fenêtre en bois avec jerrican, passage de 4 palisades, 2m / 1,50m / 1m / 1m, de l’ascension du tronc d’arbre (2m de haut), passage d’une palissade haute avec corde, un monkey bar, un filet suspendu suivi d’un rig de quatre éléments, d’une palissade inversée, du Gladiathor Tornado, franchissement par dessus une slackline suspendue et d’un Rig final de 6 éléments avec un weaver de 4 barres. Certains éléments ont été modifié pour les vagues dames.

Le temps moyen pour terminer le parcours de 415m et 17 obstacles a été de 4min et 30 pour ce premier run, il est resté relativement le même lors du deuxième. Sur ce premier passage il a fallu composer avec la pluie qui a obligé les organisateurs à revoir leur configuration pour des raisons de sécurité.

Chaque participant était suivi de près par des juges volontaires qui ont assuré le respect du règlement et ont contribué à l’impartialité de la compétition.

Un buzzer permettait de déclencher son chrono au départ et de l’arrêter à la fin du parcours quand on ne se trompait pas de couleur 🙂 C’est le Rouge !! c’est le Rouge !! ^^

En terme de structure d’accueil, nous avons pu bénéficier des vestiaires, consignes et barnums mis à disposition par BarjoXtrem. Une buvette et un barbecue étaient également prévus pour assurer le ravitaillement si besoin. Le seul point négatif est l’absence d’une fontaine à eau qui n’est pas présente sur le parcours et qui oblige les participants à gérer leur réserve perso.

Au niveau de l’ambiance et de l’accueil, on se sent comme à la maison chez les Barjo 🙂 entre deux run tout le monde échangeaient sur les techniques de franchissement et la gestion de l’effort. Ce tournoi Home Made donne une dimension très humaine à l’événement qui a été apprécié par tous. Cela prouve encore qu’il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de moyen pour proposer un véritable challenge pour les participants.

En ce qui concerne les structures et obstacles mis à notre disposition, le moins qu’on puisse dire ce que nous avons été gâté par les organisateurs. La mise à disposition de deux Rig de la Gladiathor a clairement élevé le niveau.

La gestion de la fatigue et de la concentration sur le format tournoi OCR est différent des épreuves que nous avons l’habitude de rencontrer. Ici l’effort est très intense et la technique est déterminante pour gagner des secondes.

En moyenne nous disposions de 45min à 1 heure de récupération entre chaque tour, ce qui permet de retrouver ses moyens, mais qui oblige à repartir sur un échauffement complet. Au final la gestion de l’effort et le maintien de la concentration dans les périodes hors courses sont primordiaux pour espérer un bon résultat.

Le potentiel de l’Extra Short

Le format tournoi Extra Short n’est pas très présent à ce jour en France car mettre à disposition des structures pour une cinquantaine de participant n’est pas le plus rentable. En revanche il n’est pas nécessaire de proposer un tel niveau d’obstacle pour réussir son évènement. De nombreux obstacles existants comme les ramper, portés de sac ou retournement de pneu sont exigeant et faciles à mettre en place. De plus c’est un format spectaculaire ou le public peut aisément assister à l’ensemble des franchissements et qui est largement diffusable si l’on met les moyens.

Avis aux organisateurs de course “Classique” pourquoi ne pas mettre en place une zone d’obstacles en parallèle ou intégrer au parcours à franchir en 1 contre 1 ou même en team relay la veille des formats standard ? Vous mettez bien en place un parcours enfant ? Cela pourrait intéresser des participants réticents à l’idée de courir 10 à 15km…

Au final nous avons tous passé un bon moment sur le parcours. Les tournois de ce type obligent les participants à faire preuve d’une grande précision et d’une grande concentration. Chaque geste est important car on est au coude à coude avec un autre sur une petite distance.

Nous espérons retrouver les BarjoXGames l’année prochaine avec un nouveau tracé et peut-être de nouveaux obstacles.

A bientôt sur de nouvelles courses.

Geoffrey
Team Pro POD

Geoffrey Nicolas

Du fun et de la performance, Geoffrey Nicolas nous partage ses chroniques d'Élite et de membre de la team Pride or Die

Continuer votre lecture