La Tough Viking triomphe à Paris

Près de 3000 coureurs à obstacles se sont lancés, ce samedi 30 septembre, dans la deuxième édition très réussie de la Tough Viking en France sur le camp militaire de Beynes près de Paris.

Après une première chahutée en 2016, la série suédoise est revenue cette année avec de nouvelles intentions. En l’espace de douze kilomètres et trente obstacles, la Tough Viking a démontré que sa place parmi les leaders mondiaux de la discipline n’était pas le fruit du hasard et qu’elle avait toute sa place dans les incontournables du calendrier français.

Emelie Lindgren & Florian Chastel Vainqueurs 2017 des vagues Élites

Avec une compétition qualificative pour les championnats d’Europe et les championnats du Monde OCR, le niveau des vagues Élites était relevé. Chez les femmes, la Suédoise Emelie Lindgren (MIT Tough Team) s’impose devant les françaises Anouk Garnier (Fadateam/I-Run) et Sandra Chetaneau (Wild Runner).

Côté messieurs, la victoire revient à Florian Chastel devant Geoffrey Nicolas (Pride or Die) et Alexis Dewet. Avec cette nouvelle première place, le coureur du Clan Barjo réalise une solide fin de saison 2017 laissant augurer de très belles choses pour l’année prochaine.

Les résultats complets ›

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

1 commentaire

  1. David Tahouma dit :

    Je ne suis pas 100% d’accord avec cette analyse. Les problèmes de l’an dernier ont certes été majoritairement corrigés : je noterai juste l’absence de ravitaillement à l’arrivée et la traduction toujours pas terrible du site. Mais j’ai quand même trouvé que la course ne se donnait pas les moyens de ses ambitions. En premier lieu l’absence d’obligation de faire des pénalités pour les non-elites limite le challenge. Au moins pendant une Spartan les marshalls essayent de faire que tout le monde fassent ses pénalités. En second lieu certains obstacles n’étaient pas très bien construits (les Monkey Bars en particulier). Et finalement la base de vie manquait d’animation. L’animation des départs était plutôt molle. J’ai aussi été surpris par l’absence totale de sponsors. Certes je ne viens pas pour les sponsors, mais les sponsors de la Mud Day mettait quand même une bonne ambiance. Donc en conclusion, pour un coureur non-elite comme moi mais qui se débrouille pas trop mal c’était sympa mais sans plus. Cette course n’a pas au niveau d’organisation d’une Mud Day, le coté sportif d’une Spartan, le coté sympa d’une SoMad, le coté local d’une 14-18… Difficile de la placer. A voir ce que l’organisateur veut en faire.