Championnats d’Europe EOSF : le bilan

Après une longue période de flou, les résultats des Championnats d’Europe de Courses à Obstacles sont enfin disponibles. Il est l’heure pour Obstacle de tirer le bilan de cette deuxième édition de la compétition continentale.

Le règne des obstacles aériens

Les organisateurs de l’épreuve ne s’en cachent pas, les Championnats d’Europe EOSF se veulent être la course à obstacles la plus technique au monde. Si la course à pied joue un rôle important pour les premières places, la vraie différence sur cette épreuve se fait sur les obstacles les plus techniques. Pour preuve, l’objectif de nombreux coureurs à obstacles français n’étaient pas de réaliser une place mais simplement de ramener le précieux bracelet symbole de franchissement de l’ensemble des obstacles.

Le format courte distance renforce encore cette impression de l’émergence d’une nouvelle discipline à mi-chemin entre Ninja Warrior et Toughest. Dans cette vision de notre sport, cette dernière et son format explosif semblant même proposer trop de portions de courses à pied et manquer de densité d’obstacles.

La question qui se pose maintenant est de l’ordre de la philosophie. La recherche de la difficulté dans le franchissement semble entraîner notre sport vers une discipline où les obstacles aériens auront pris le pas sur les autres dimensions que sont la course à pied, l’adresse et la force physique. Mais la suprématie des obstacles aériens ne va-t-elle pas rendre notre sport trop élitiste pour être accessible à tous ? La course à obstacles est avant tout un sport complet qui mobilise toutes les dimensions de l’être humain.

Catégories d’âges et choix stratégiques

La quête à la médaille a eu raison de la présence des Français dans les vagues Élites censée pourtant être les plus prestigieuses. Si Samantha Pauger-Stasia a ramené le bronze de l’épreuve courte distance, elle n’aurait pas du être la seule. Pour ramener un titre en catégorie d’âge plutôt qu’une place d’honneur en Élite, Tony Voisin avait fait le choix de courir dans cette division inférieure. Malheureusement pour lui, le Russe Sergei Perelygin et Leon Kofoed ont fait le même choix que lui en 25-29 ans. Le coureur Tr1be hérite donc de la médaille de bronze en catégorie d’âge alors qu’en s’alignant sur la division reine, il serait monté sur la même marche du podium avec à la clé une médaille autrement plus prestigieuse.

Si la présence des catégories d’âge prend tout son sens pour les catégories espoirs (moins de 25 ans) et master (plus de 40 ans), ces divisions sont un aspect plus complexe pour les coureurs seniors. Certes, elles permettent d’obtenir plus d’inscrits et ainsi de financer l’organisation des championnats mais la valorisation excessive des podiums réalisés dans les catégories 25-29 ans, 30-34 ans et 35-39 ans est à repenser : seule la vague Élite doit être le témoin du niveau réel d’un coureur à obstacles dans une épreuve où les meilleurs sont tous alignés dans un même départ.

Les médaillés Français à Flevonice

Dans le sillage de Samantha Pauger-Stasia en Bronze, Sébastien David prend belle dixième place en courte distance. Ils terminent respectivement onzième et vingt-cinquième de l’épreuve Standard (moyenne distance) où Grégoire Rezzonico (Tr1be) et Jordan Philibert (SWAT) signent deux belles performances aux neuvième et dix-huit rangs de la catégorie reine.

Carla Tchiknavorian, voilà un nom qu’il va falloir assurément retenir ! La jeune Française est Championne d’Europe – Courte distance dans la catégorie des 13-17 ans. Camille Riboud (Tr1be) s’offre un titre de Vice-Champion d’Europe Espoir dans la catégorie 18-24 ans sur cette même épreuve. Le TORO Nathan Caparros vient compléter ce trio prometteur en courte distance avec sa médaille d’argent en 18-24 ans.

Chez les masters, Yvon Chapelot (TORO) repart de Flevonice avec une médaille d’argent autour du cou en courte distance dans la catégorie des plus de 50 ans. David Tielie (SWAT Nord) ramène le bronze sur la même distance dans la catégorie 40-49 ans.

Dans les catégories d’âge senior (25-29 ans, 30-34 ans et 35-39 ans), Anouk Garnier (Fadateam/I-Run), Yann Chambert (Spartan Lions), Tony Voisin (Tr1be) reviennent tous les trois de l’épreuve courte distance avec la troisième place.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr