À la découverte de l’Avalanche Run

Thibaut Magni explore les courses à obstacles britanniques, cette nouvelle chronique l’envoie à la rencontre du Yéti de l’Avalanche Run

Ce samedi 25 février se tenait au sud de Leicester, l’Avalanche Run. Je m’y suis rendu pour découvrir des courses à obstacles anglaises moins connues que Tough Guy ou Total Warrior.

Après deux heures de route, j’arrive sur le lieu de la course, en prévision de la température de l’eau et des rafales de vent, j’avais opté pour un tee shirt à manches courtes par-dessus un Tee-shirt manches longues Mud Gear, et pour le bas un caleçon long Odlo et les X-Claw 275.

Le village départ est composé d’une maison pour l’enregistrement et le dépôt des sacs, Buvette, et un coin toilettes jet d’eau pour se rincer. Depuis Tough Guy, j’ai décidé d’investir dans une Dry Robe, poncho polaire de marque anglaise qui maintient à l’abri du vent et de la pluie et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle se révèle pratique en Angleterre.

À 11h05 après un rapide échauffement le départ est lancé, nous pourchassons les Yétis sur une dizaine de mètres avant d’affronter plusieurs ballots de pailles. Nous arrivons ensuite dans une zone composée de buttes de boue et de points d’eau : le ton est donné.

On poursuit ensuite dans une partie dans les sous-bois où nous alternerons le franchissement d’obstacles, des rampés et des immersions dans l’eau froide. Un peloton de plusieurs coureurs expérimentés se détache, je reste dans la première partie de course.

Nous entamons ensuite une partie plus « trail » dans les champs où nous étions exposés au vent ce qui m’a permis de sécher plus vite ! Un franchissement de filet, un passage dans un ruisseau et un tunnel et nous retournons dans la forêt. Des obstacles assez classiques nous attendent : poutres, murs et barrières à franchir, rampés, pont de singe etc. Le parcours est jalonné de panneaux indiquant les kilomètres restants nous permettant de gérer l’effort.

Arrivé au 8ème kilomètre, nous sortons de la forêt. Pour revenir au point de départ, nous devons passer dans un tunnel et des passages de boue. S’ensuit un porté de rondins de bois sur une centaine de mètres. J’arrive sur le dernier km qui nous fait repasser dans la zone de boue du départ, j’accélère sur les points d’eau et me lance sur les 4 derniers obstacles : une palissade et un filet à franchir, un rampé et un tunnel. Je franchis la ligne d’arrivée en un peu plus d’une heure de course. Je me classerai 15ème sur 45. Le temps d’une photo avec les yétis, de me sécher et de retrouver ma famille et il est déjà l’heure de repartir.

En résumé l’Avalanche Run est une course à obstacles familiale comme on peut en trouver localement en France. Ici l’accent est plus mis sur la convivialité et l’accessibilité que sur le côté compétitif. Néanmoins le climat et la température accentue la difficulté de cette course se déroulant tous les ans en février. Bravo et merci à tous les bénévoles pour cette organisation et pour leurs encouragements tout le long de la course.

Merci également à mes parents et à ma sœur d’avoir fait le déplacement pour m’encourager et me soutenir !

Prochaine étape pour moi, la nouvelle course crée par les organisateurs de Tough Guy : le Mister Mouse Mudathon qui se déroulera le 30 avril !

Thibaut Magni

Étudiant en Ecole de Commerce, Thibaut a découvert la course à obstacles en 2014. Résidant actuellement au Royaume-Uni, il en profite pour participer des courses à obstacles non présentes en France et faire partager ses expériences.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr