L’Audacieuse Hérouville, entre ville et forêt

Le dimanche 30 avril 2017 a eu lieu l’Audacieuse à Hérouville-St-Clair (Normandie), courses à obstacles non compétitive et qui s’annonce accessible à tous. 
Pour notre première participation à cette course, notre équipe est composée ainsi : un homme dans la vague de 9h20 ; une femme & trois hommes dans la vague de 12h00, dont un qui fait son baptême d’OCR.

L’avant-course

L’un de nos co-équipiers, ayant préféré arriver sur place la veille, a pu récupérer nos bracelets à l’avance, (l’organisation a préféré ce système aux dossards traditionnels, afin d’éviter les pertes de dossards sur le parcours et les épingles), retrait fluide et rapide avec en prime un cadeau pratique : une serviette de bain aux couleurs de l’Audacieuse.

À notre arrivée, après presque 3h de route, nous cherchons les toilettes avant de prendre notre départ… mais rien en vue ! Nous demandons donc aux bénévoles sur place qui nous annoncent qu’il n’y a pas de WC et qu’il faut aller voir si le Mc Donald’s à côté veut bien nous laisser utiliser les siens. Gros point négatif pour le coup ! C’est la première fois, parmi nos nombreuses participations, que nous tombons sur ce cas, à revoir donc pour les prochaines éditions.

Dépôt des sacs à la consigne assez rapide, nous partons rejoindre le départ qui se trouve à quelques centaines de mètres.

La course

Pour accéder à la zone de départ, il faut montrer patte blanche – enfin ici, montrer son bracelet ☺ – et passer sous une structure en s’accroupissant. La déco qu’on découvre est sympa et le speaker est top, il motive bien les participants. Nous sommes nombreux dans la vague. L’échauffement est simple, en musique, il y a une bonne ambiance et le départ est vite lancé !

Nous partons donc en trottinant car beaucoup de monde et ça bouchonne rapidement suite à un rétrécissement du chemin, les participants marchent, c’est dommage mais c’est le temps de fluidifier un peu le trafic. Dès que nous voyons un petit couloir de dépassement, nous en profitions pour faire une échappée.

Le premier obstacle est une sorte de tourbillon, bien ficelé mais pas mal de coureurs passent en dessous des délimitations pour en sortir plus vite. Nous jouons le jeu jusqu’au bout pour notre part et reprenons un bout de course avant de traverser des pneus et d’arriver sur les premiers passages d’eau, dont un avec ponton flottant.

Une toile d’araignée, puis un mur à franchir que nous trouvons limite niveau solidité car les planches bougent et se désolidarisent légèrement. Nouveau passage d’eau, passage dans des gros tuyaux, puis un obstacle inédit pour nous : le franchissement de voitures, original, c’est le moment de se la jouer voyou car on ne saute pas sur des capots tous les jours 😉

Le parcours comporte des terrains variés et quelques petites côtes à grimper. Nous arrivons sur un ramping, puis une structure type échafaudage et un bain de mousse. Nous enchaînons rapidement avec deux pyramides en bois, puis deux minis murs et une sorte de rouleau, avant de franchir un grand mur, plus haut que le premier. Toute cette partie en sous-bois était très sympa !

Après un petit moment de course, nous arrivons en ville où nous accueille une structure gonflable, impressionnante de par sa taille, mais rien de fou une fois dedans. Cette partie du tracé nous permet de découvrir un morceau de la ville.
Arrivent les Monkey Bars où nous attendent des spectateurs, c’est sympa d’entendre les gens qui encouragent et applaudissent lorsqu’on traverse l’obstacle. Un grand filet est placé sur une côte, nous n’en avons pas besoin pour grimper le talus et continuons sur notre lancée avec un port de petits sacs, puis au loin une nouvelle structure gonflable qui, cette fois, nous éclate totalement avec ses grands « escaliers » pour monter puis un toboggan pour descendre, fun attitude ☺

La moitié de l’obstacle suivant, que l’on appelle le Quarter, est condamnée par des barrières pour raison de sécurité car des planches se sont cassées. Dommage car c’est la partie la plus « difficile » qui est fermée. Le principe de cales sur une partie de l’obstacle est plutôt bien trouvé pour les personnes qui ne se sentent pas de le monter d’une traite.

Un petit bain de vase noire pour nous salir un peu, suivi d’un talus boueux à monter, puis une rivière de vase avec un petit passage sous une haie, pour finir avec un mur façon espalier. 
Ça continue avec quatre passages d’eau boueuse, puis un avec un rouleau et un autre où il faut passer sous une poutre. Petit moment au sec pour gravir un grand mur incliné avec des prises en rondins de bois, très sympa, avant de retourner dans l’eau : passage dans des tranchées d’eau boueuse avec des grilles au-dessus.

Nous arrivons sur la fin de la course et passons à côté d’une structure gonflable… toute dégonflée pour le coup, donc un obstacle en moins pour nous (nous le verrons par la suite sur des photos, il était donc en fonction en début de matinée).
Nous montons dans une benne remplie d’eau où il faut se plonger entièrement pour passer sous une poutre en bois.
Les deux derniers obstacles sont des structures assez hautes, la première n’a rien de spéciale, la deuxième est à descendre grâce à une barre façon pompier.

L’arrivée est un peu tristounette, malgré les efforts du speaker pour mettre un peu d’ambiance. Le souci étant que la remise des médailles se fait pile sur la ligne d’arrivée, donc ça bouchonne et on perd la satisfaction des derniers mètres de course qui sont pourtant importants pour ressentir la fierté de passer la Finish Line.

Une fois la médaille récupérée, la zone de ravitaillement d’arrivée est plutôt généreuse : des gâteaux, de l’eau, des sodas, des petits échantillons cadeaux, nous repartons les bras chargés.

Nous finissons la course de 11km en 1h48 malgré les quelques bouchons.

Le bilan

L’Audacieuse Hérouville est une course à obstacles sympathique, fun et familiale. Elle est accessible à tout le monde, car pas de grosse difficulté et pas d’obstacles obligatoires.

Les points positifs :

  • retrait des bracelets et dépôts/retraits aux consignes rapides
  • l’ambiance au départ
  • la diversité du type d’obstacles : bois, échafaudages, gonflables, naturels, creusés…
  • beaucoup de boue
  • ravitaillement de fin bien garni
  • la serviette de bain comme cadeau aux participants, pratique et original
  • la médaille Finisher

Les points à améliorer :

  • il faut impérativement des toilettes au départ et à l’arrivée
  • certains obstacles (structures en bois en l’occurrence) ne paraissaient pas fiables niveau solidité et sécurité
  • le ravitaillement de mi-parcours aurait été mieux avec des fruits (oranges, bananes…) qu’avec des bonbons
  • un peu trop de temps à courir sur du bitume (en ville)
  • laisser quelques mètres pour courir jusqu’à la ligne d’arrivée et mettre la remise de médailles un peu plus loin

Retrouvez dès maintenant notre vidéo de l’Audacieuse Hérouville 2017 sur notre page Facebook : Parcours Sportif

N’hésitez pas également à visiter La BoueTik, le fashion store dédié 100% aux coureurs & coureuses à obstacles.

Parcours Sportif

Parcours Sportif x Obstacle.fr, c'est une grande histoire ! Nous sommes très fiers de accueillir leurs chroniques et vidéos sur nos pages. Parcours Sportif fait parti de l'équipe des envoyés spéciaux d'Obstacle.fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr