La Ruée des Fadas Paris, une très belle expérience !

Dimanche 02 juin a eu lieu l’édition Parisienne de La Ruée des Fadas, à Montalet-le-Bois (78).

Cela faisait un moment que nous souhaitions participer à cette course, mais étant organisée sur l’une des périodes les plus chargées, il faut choisir chaque année où nous serons présents. Et cette fois était la bonne 🙂

Nous attendions un niveau de difficulté un peu au-dessus d’une course fun classique, avec beaucoup de participants déguisés, plein de boue et d’obstacles inédits. L’annonce de 37 obstacles sur 8 km était prometteuse !

Notre équipe est composée de trois hommes.

L’avant-course

Arrivés proche du Domaine de Forest Hill, quelques flèches fluos nous indiquent le chemin à emprunter puis, rapidement, des signaleurs nous guident jusqu’à un grand champ faisant office de parking à proximité du village.

Le temps de récupérer l’ensemble de l’équipe, de déposer nos sacs aux consignes et nous voilà prêts, et pour une fois en avance, nos dossards ayant été récupérés la veille par l’un des membres de la team.

09h55 : nous sommes invités à nous rendre dans un premier sas que nous pensons être, à ce moment-là, le départ. Il s’agit en fait de regrouper notre vague (la 2) prévue à 10h00, heure de convocation et non heure de départ.
Nous passons dans un second sas où un canon à mousse et un orchestre nous attendent pour ambiancer la vague !
De cette zone, nous apercevons la vague 1 qui s’échauffe à quelques mètres. Quand notre tour arrive enfin d’accéder à la zone d’échauffement et de prendre le départ, il est alors 10h45.
Pendant tout ce temps, l’ambiance était particulièrement bonne et l’échauffement a été sympa, mais le délai qui sépare l’heure de convocation et celui du départ demeure beaucoup trop long 🙁

La course

Une fois la course lancée, le tracé et la disposition des premiers obstacles (pyramide filet, bottes de pailles…) permettent de fluidifier rapidement la vague.
Cela se confirme après une première partie dans les champs, où nous attaquons une longue côte en forêt. Au bout de cette montée, nous arrivons à un obstacle propre à la course : le « Panier de Crabe ». Composé de filet à grosse corde, la structure forme un tube qu’il faut traverser, très sympa et surtout original !

Nous franchissons un mur et arrivons à une grande zone de boue. Afin de s’assurer d’en profiter pleinement, nous débutons par un ramping, suivi d’une « zone à trous » qui nous vaut quelques petites cascades !

Sortis de cette zone, les obstacles « classiques » vont s’enchaîner relativement rapidement : filets, dessus/dessous, pyramide de corde, mur incliné, port de buchette… avant d’arriver à la « planche ».
Un obstacle que nous ne croisons pas très souvent, mais qui fait tellement plaisir !
La planche de bois n’étant pas très haute, les participants les plus grands n’ont qu’à sauter pour la passer, les plus petits (ou moins costauds) peuvent utiliser les « cales » de la structure pour grimper. Toutes les techniques sont bonnes 😉

Première pause au ravitaillement qui est placé à peu près à mi-parcours. Nous sommes accueillis chaleureusement par les bénévoles. Barres de céréales à profusion et Red Bull ou eau pour se rafraîchir. Compte tenu de la température élevée du jour, ce ravitaillement est salvateur pour tous les coureurs.
A ce niveau de la course, nous n’avons pas fait la moitié du nombre d’obstacles annoncés, ce qui nous promet une belle deuxième partie de course.

Et cela reprend avec une toile d’araignée, un obstacle classique mais revu « à la dure » grâce à de nombreux câbles très tendus qui freinent la progression.
Nous poursuivons dans la foulée vers une « fosse de boue » où nous devons descendre avec des cordes (et avec prudence), traverser la fosse, avant de remonter avec d’autres cordes déjà bien boueuses. On valide totalement ce type de passage 🙂

C’est à partir de là que la course va offrir sa meilleure partie, avec des obstacles moins répandus ou qui lui sont propres. Nous nous essayons alors au tir à l’arc, sous forme de jeu pour enfant, avec punition burpees en cas d’échec, puis devons donner notre « memory code » mémorisé quelques kilomètres plus tôt. La punition en cas d’oubli est au bon vouloir des bénévoles, ce sera la marche du canard et une roulade dans l’eau boueuse pour notre équipier Julien. Une bonne occasion de rigoler 🙂

Vient ensuite un ramping électrifié dans une zone de boue où nous devons bien nous coller au sol pour éviter les châtaignes. L’occasion aussi de prendre du poids grâce à la boue collante, surtout si, comme notre Capitaine d’équipe, on oubli de fermer les poches de son short, ahah !!

Nous arrivons sur des barres parallèles, puis deux grands murs ajourés à gravir, suivis d’un ramping sous un filet, un monté de corde (à nœuds ou lisse) et nous voici devant le « Seigneur des anneaux » : un monkey bars composé d’une barre horizontale puis de plusieurs anneaux pour atteindre la cloche. Un vrai régal pour nous qui adorons faire les singes 🙂

Un ramping dans un tuyau, un monté de poids, un second monkey bars (classique cette fois) et nous arrivons à un grand toboggan avec arrivée dans une piscine d’eau.
Autant dire qu’après les zones de boue et avec la chaleur qu’il fait, ce bain est particulièrement apprécié !

C’est le dernier obstacle, nous avons environ 50 mètres de course pour savourer la fin et nous passons la Finish Line avec les félicitations de quelques bénévoles.
On regrette le fait que l’arrivée manque un peu d’ambiance, peut-être est-ce du à son placement à l’extrémité du village ?! Mais, point positif, dès l’arrivée les douches chaudes sont à disposition.

Autre point sympa de fin de course, après le passage au ravitaillement qui est varié, on nous offre la possibilité de choisir entre deux tee-shirts différents ou une serviette de bain/plage comme cadeau Finisher.

Le bilan

La Ruée des Fadas, annoncée comme une course fun avec de nombreux obstacles, est fidèle à sa communication. Le tracé de course était fluide et varié, les obstacles bien organisés avec une montée progressive en difficulté.
Des bénévoles étaient présents sur l’ensemble des structures afin d’assurer la sécurité et l’accompagnement des participants, mais également pour blaguer ou simplement discuter 🙂

Au final, c’est environ 9 km & 35 obstacles que la Ruée des Fadas nous a offert, dans une ambiance fun et conviviale, sur un très beau site.

Nous ajouterons que le village offrait vestiaires, toilettes, douches chaudes, restauration… autant de services qui permettaient à tous de profiter de la journée.

Un très bon bilan pour notre première participation à cette course, dont le niveau est un peu plus élevé qu’une course fun classique, tout en restant abordable pour tous.

Et pour ceux qui souhaiteraient en profiter, la Ruée des Fadas réalise pas moins de 10 événements, dans toute la France, d’avril à décembre (course blanche). De quoi satisfaire tout le monde pour environ 40 euros !

Les points positifs : 

  • Une course fluide
  • Quelques obstacles inédits
  • Le site
  • Un village complet
  • Des ravitos où on passerait bien plus de temps !
  • Le choix entre 2 tee-shirts Finisher et une serviette

Les points à améliorer :

  • Beaucoup trop de temps entre l’heure de convocation et le départ (45 min)
  • L’arrivée qui manque d’ambiance
  • L’inscription sans choix de vague [Mais il est néanmoins possible de signifier sa préférence dans un espace de commentaire]

Retrouvez dès maintenant notre vidéo et nos photos de La Ruée des Fadas 2019 sur notre page Facebook : Parcours Sportif

N’hésitez pas également à visiter La BoueTik, le fashion store dédié 100% aux coureurs & coureuses à obstacles.

Parcours Sportif

Parcours Sportif x Obstacle.fr, c'est une grande histoire ! Nous sommes très fiers de accueillir leurs chroniques et vidéos sur nos pages. Parcours Sportif fait parti de l'équipe des envoyés spéciaux d'Obstacle.fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr