La War Race : une première prometteuse

Samedi 04 Janvier 2020, départ de l’Oise pour Nicolas Chauffier (Ancien Combattant) avec Stéphane Pinault (Team Invicta Athlète Élite) pour aller récupérer Thierry Tasso (team Invicta) et Sébastien Fromont (Spartan Ambassadeur-Marshall), également en région Parisienne, pour la première course à obstacle de l’année et pour sa première édition : la War Race à Bastogne (Belgique), organisé par Jamy Bagheri.

Dès notre arrivée à Bastogne, l’on sent très bien le thème et le lieu pour l’événement sportif qui s’y prépare : la seconde Guerre Mondiale, la libération de Bastogne par l’armée Américaine et les alliés. Tout ici en est imprégné : l’ambiance, la décoration et les festivités récentes sont encore de mise pour le 75ème Anniversaire de The Battle of the Bulge 1st Edition. C’est vraiment impressionnant. Sur le site de course, et de commémoration au Mardasson, près du Bastogne War Muséum, tout paraît comme restant à faire le samedi à notre arrivée car peut de choses sont visibles et quelques obstacles sont là, ceux d’Urban Sky.

Cela fait pourtant 1 semaine que les organisateurs s’activent sur place. Nous l’avons remarqué sur les réseaux sociaux (cf. remplissage des sacs de lest pour les pénalités avec Semi Dedieu/Urban Sky). On sent et cela aura eté le cas, que les équipes ont ardemment travaillé jusqu’à la lueur du jour pour accueillir près de 1300 athlètes venus de loin pour certains, venant participer à 4 distances (5-10-15-20 km), malgré un manque de main d’œuvre. La prochaine fois, nous associeront nos épouses, amies, pour courir et faire parti des travailleurs de l’ombre si important, les volontaires.

Le musée et le mémorial nous imprègnent de l’importance du thème : Humilité, Honneur, Respect ont été de mise. Il y avait parmis les participants, des anciens combattants, et mêmes des soldats Belges. L’association Les Bleuets était également présente, grâce aux Seals. Le dimanche matin, rassemblement des athlètes pour la récupération des packs dès 8h. Ça s’active sur place…

Ne retenons pas que le retrait des packs a provoqué un petit retard (moins de 1h). Ce qui nous aura permis de régler les gilets Kamo (équipement tactique officiel à porter obligatoirement) en attendant. Admettons-le, pour une première édition très prometteuses de part la qualité de sa communication sur les réseaux sociaux mené en partenariat avec Adrien Howards et Semi Dedieu, pour les goodies (Tee shirt Kinetik, Médaille type Plaque d’identité militaire US, Gilet Kamo), et restant à venir, gourde et passeport, c’est réussi. Passeport ! ! ! Et oui, car le concept de la War Race n’en ai qu’à ces débuts. Vous l’aurez compris, d’autres courses sur le même thème seront annoncées prochainement. À suivre… Et la, tout le concept prend son sens. Mais tout était clairement écrit sur le site internet de la War Race. Il suffisait de lire les publications pour adhérer a ce nouveau concept.

Il faut évidemment mettre en avant et remercier l’exceptionnel participation d’une association (le 502 PIR Velleureux), qui a mis à disposition des véhicules d’époques, armement et matériel, en état de marche et des participants en tenue militaire d’époque. Des véhicules assuraient même les navettes gratuitement entre le site de course et le centre ville. Une petite balade bien sympathique. Tenue d’époque de rigueur. Au pied du mémorial, un tank, une dépanneuse et un poids lourd marquaient le décors du départ et de l’arrivée. Mais pas que, il y avait tellement de détails, que l’on étaient tous vraiment imprégnés du thème. Food trucks et stands (Kinetik, Full Tactical, Bloo om, Purasana, Sportograf, François Fallier Photographe, et partenaire remarquable le Bastogne War Muséum et la ville de Bastogne) était présent. C’était le moment d’en profiter.

Pour les parcours, Élites ou Open, sur les 4 formats proposés (Discovery 5kms-Infantry 10kms-Cavalry 15kms- Artillery 20kms) ont pu traverser les forêts de pins. Un parcours un peu vallonné, agréable et peu boueux, mais mythique rappelons-le. Un balisage assez visible, peu d’erreurs de parcours à signaler. Le secret sur le nombres d’obstacles était bien gardé. Nombreux seront à penser qu’il en manquait et que la plupart étaient accessible à bon nombre de participants. Une grosse partie Run, vous l’aurez compris, et peu de boue grâce à une météo clémente avouons-le. Pénalités aux obstacles tant redoutés et finalement peu en auront subi les conséquences. La fameux petit sac de lest. cf. photo La météo aura été avec nous car en théorie à cette époque de l’année, c’est le gel ou la neige.

C’est donc au cri du « Sir-Yes- Sir » et après 1 minute solennelle de silence respectée que chacun et chacune aura pu prendre départ à cette première, en l’honneur de HOMER E ARTINGER qui a fait le sacrifice ultime pendant la bataille des Ardennes, avec un petit ravitaillement pris au départ lors du retrait des gilets, car aucuns n’étaient prévu sur le parcours et ce n’était pas gênant finalement car chacun pouvait remplir son gilet Kamo selon ces besoins. Notons que chaque médaille et course à venir honorera un homme ou une femme différente. En conclusion, La War Race peut avoir de beaux jours devant elle.

Quelques petites erreurs de débutants a pardonner (retraits des dossards, Dossards qui auraient dû être personnalisé-petit manque d’information sur quelques règles de courses ou d’obstacles, goodies en attente, Passeport/gourde, Timing Classement mais vraiment rien de grave. L’on a connu bien pire pour des premières éditions meme qualificatives OCR. À prévoir par la suit : Un zone retrait pack dossard pour les élites, différenciées des Opens afin d’éviter l’attente et un retrait possible la veille. Plus de difficultés et plus d’obstacles pour les parcours. Et pourquoi pas un parcours Open différent des Élites, à méditer pour l’ensemble des courses à obstacles par ailleurs. Il faut élever le niveau de difficulté et varié les obstacles. Et pourquoi pas, en profiter pour en créer de nouveau. Ne jetons pas la pierre, car les efforts étaient visibles. Nous repartirons avec de bon souvenirs et attendons la suite avec impatience.

Pour les côtés positifs, des goodies et un tarif au rapport qualité prix exceptionnel. Des volontaires et Marshall, Staff toujours à l’écoute. Peu de fausse notes. Bravo ! La course à obstacles en générale doit s’adapter aux exigences des athlètes les plus affûtés en répondant par des obstacles de qualité, variés et de nouvelles épreuves… de plus en plus difficile. Mais il en faut pour tout le monde, et offrir aux coureurs même en Open, à des parcours et obstacles plus adaptés. Laissons le choix aux coureurs de souffrir un peu plus s’il le souhaite. Il faudrait à chaque courses 3 catégories. Élite, Médium, Open. Parcours, obstacles, épreuves différentes. Il en faut pour tout le monde pour que ce sport multidisciplinaires continu d’attirer , se pérenniser, se développer.

Article écrit par Nicolas CHAUFFIER Sportif amateur. En collaboration avec mes compagnons du week-end; de la Team Invicta et pour une cause ( Stéphane Pinault-Thierry Tasso), et Sébastien Fromont.

Auteur point de vue

Quand la communauté de la course à obstacles s'exprime sur Aroo.Fr

Continuer votre lecture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soutenez Obstacle.fr