La règle qui peut tuer la course à obstacles

Édicté début avril par la Fédération Français d’Athlétisme, le nouveau règlement de la course à obstacles a été envoyé à l’ensemble des préfectures et son application commence à se répandre. Selon nos informations, l’une des préfectures de l’ouest de la France demande désormais un respect strict des règles avant d’autoriser une épreuve et ce changement met gravement en danger l’étape, dans ce département, d’une des séries majeures de notre discipline où plus de 4000 personnes sont attendus dans les prochaines semaines.

Les exigences de cette préfecture sont logiques : en France, seul le règlement de la Fédération Délégataire est légalement garant de la sécurité d’une course hors stade. Pour maintenir son événement, la série a donc intégrée la quasi-totalité des nouvelles règles exigées par la FFA. Une seule règle fait défaut. Un point de règlement inapplicable : le V.6.4.

Le problème du V.6.4

Le point V.6.4. du règlement des courses hors stade stipule que « La conformité du montage des obstacles par rapport aux notes de calcul ou aux notices de montage et de mise en œuvre du constructeur doit être contrôlée par un organisme agréé ». Le hic : la FFA n’a fourni aucune liste d’organismes agréées. Sans cette liste, impossible à l’organisateur de faire contrôler ses obstacles et donc à la préfecture de valider la course. L’événement semble donc aller droit vers une annulation.

L’organisateur nous a confié avoir contacté la Fédération Française d’Athlétisme, son vice-président Hors Stade et relancé de multiples fois la FFA sans obtenir de réelles réponses. Sans amendement rapide du règlement et en particulier du V.6.4., c’est la totalité des courses se déroulant hors d’un terrain privé qui pourraient être amenée à disparaître.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d’Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l’arrivée.

Continuer votre lecture

2 commentaires

  1. Lerouxel dit :

    Bonjour et merci de faire vivre notre passion à travers votre site. Je suis licencié​ en athlétisme depuis plus de 30ans (ça fait mal de l’écrire), organisateur de course à pied et cross depuis 10ans, et organisateur d’une course à Obstacles ayant regroupé 1600 adultes et 400 enfants, cette année. Enfin, je suis pompier professionnel. Pour ma part, la  mise en place d’un règlement peut être une bonne chose pour eviter des dérives et garantir au maximum la sécurité des participants. Seulement, le règlement mis en place, je pense à la hâte, par la FFA, est trop contraignant. Par exemple, plutôt qu’interdire les enfants, il aurait mieux valu indiquer des distances maximum. En ce qui concerne, les homologations, même si demain un organisme est habilité, comment procédera t’il ? Limitera t’il à un nbre de personnes sur un obstacle… et quel sera le coût de ce contrôle. J’aurai souhaité savoir, s’il y a des possibilités de déroger à ce règlement (épreuves sans classement, ou sur un domaine privé…) ?

  2. Anonyme dit :

    Si la FFA ne met pas a disposition de liste ,et que les organisateurs ont la preuve qu’ils en ont fait la demande, la course peut se faire .En cas de problème c’est de la faute de la FFA et de l’état qui n’ont pas fournit la liste et n’a pas permis aux organisateurs de se mettre dans son bon droit .
    C’est comme ça que je vois la chose.

Soutenez Obstacle.fr