La Moon Run s’offre un coup de frais !

Dimanche 30 juin a eu lieu la 4e édition de la Moon Run, à Pierrefonds (60).

Organisée par « A nous la Lune », nous venons pour la 4e année sur cette course fun que nous apprécions et qui offre un cadre magnifique autour du Château de Pierrefonds.
Au programme : 10 km & environ 40 obstacles annoncés pour le grand format ou 4 km & 15 obstacles pour le format mini-Moon Run.

Notre équipe, présente sur les 2 formats, est composée de :

  • une femme et quatre hommes sur la 10 km,
  • deux adultes et deux enfants sur la 4 km.

L’avant-course

En bons habitués des lieux, nous savons où sont placés les parkings et où trouver « le spot de secours » quand il n’y a plus de places. Il faut dire que, même si l’organisation met à disposition des parkings, forte de son succès, cette course a vu son nombre de participants grandement augmenter depuis quatre ans, faisant face aux problèmes techniques qui vont avec.
Une fois arrivés sur le village, nous récupérons très facilement nos bracelets faisant office de dossards, ainsi qu’un autre bracelet qui nous permettra de récupérer un « saucisse/frites » à la fin de la course ! Il nous est également remis un buff, compris dans l’inscription.
Le dépôt des sacs aux consignes est lui aussi effectué très rapidement et nous n’avons plus qu’à nous diriger vers la ligne de départ.

Vu la forte chaleur du jour, les organisateurs ont proposé aux participants d’arriver plus tôt pour partir dans une vague avancée. Malheureusement, cela a comme effet de créer un léger chaos au départ, car tout le monde veut partir plus tôt.
Après 30 minutes d’attente, nous partons finalement sur notre heure de vague originale.
Ce « problème », qui sera sûrement corrigé par la suite, est dû à une volonté de vouloir diluer les vagues sur le parcours pour ne pas créer de bouchons. Surtout que les deux formats partent par vague alternée.
C’est avec environ 50 participants que nous partons après un bon échauffement proposé par FCJ Box (organisateurs d’une autre course à obstacles : la FCJ Race).

La course

Le début de la course est similaire à la 3e édition avec une grande côte à monter. La grande différence est que le format court (4 km) empreinte une bifurcation avant le premier obstacle : un changement apprécié et bien pensé pour éviter le méga bouchon de l’an dernier au niveau du mur en pierres à monter à l’aide d’un filet.
Rapidement, le tracé nous fait sortir des abords du village et après un passage de montagne de pneus, nous arrivons dans la zone de marais. Cette dernière est l’un des points forts de la course : grosse dose de boue & passages d’eau. On ne peut qu’adorer ! C’est d’ailleurs vraiment à partir de là que nous constatons que le tracé est très différent par rapport aux précédentes éditions, puisque nous arrivons déjà à la traversée de l’étang. Une corde de soutien pour les moins bons nageurs (ou ceux qui ont peur des gros poissons, ahah !) est à disposition.
A peine ressortis de l’eau, nous faisons la traversée inverse mais cette fois sur un pont de singe.

La course reprend ensuite son rythme, nous sortons de la zone des marais le temps d’un porté de pneu (les messieurs auront droit de prendre les plus lourds) et c’est de nouveau un passage dans un marais qui nous attend. Il faut, dans cette deuxième partie, faire attention car la vase « absorbeuse » de jambes et de baskets en fait baver les moins prudents 🙂

Un peu avant la mi-course nous arrivons devant un tunnel très étroit où marche du canard, bear crawl ou quatre pattes seront de rigueur, à chacun sa technique ! Mais deux éléments intéressants sont à noter : vu le nombre de participants à l’intérieur, il y fait un noir total, mais surtout… quel ingénieur a eu l’idée de mettre en travers de la sortie un tuyau en plein milieu ?! Ahah ! Il faut faire preuve d’agilité et de souplesse pour se sortir de cette situation, aucun recul ne sera accepté !

Une succession de dessus/dessous, un mur (très) incliné à monter avec une corde et c’est enfin le ravitaillement de mi-parcours.
[Petit aparté : l’organisation, en plus de ce vrai ravitaillement de mi-parcours, a mis à disposition à plusieurs endroits, près des obstacles, des points d’eau pour faire face à la chaleur.]

Des montées de marches, un monkey bars, des murs (1,7 et 2 mètres), des bobines géantes… les obstacles s’enchaînent à un bon rythme avant de nous faire atterrir en pleine ville !
Le nouveau tracé met plus en valeur le site et le château, que nous pouvons observer à de très nombreuses reprises.

C’est d’ailleurs vers lui que l’itinéraire nous fait revenir, mais pas sans obstacles : mini-wall, équilibre, ramping, franchissements divers… et nous voici au pied du château ! Nous essayons de nous fondre avec les touristes le temps d’une petite photo, mais tout boueux que nous sommes, cela ne fonctionne pas bien longtemps 🙂

Nous approchons de la fin de la course, il nous reste encore quelques obstacles à affronter : pyramide de paille, buttes de terre, trous d’eau, puis ramping dans un tuyau où un monsieur super sympa nous arrose avec une lance d’eau bien froide à la sortie !
C’est à cet obstacle que les tracés de la 4 et de la 10 km se rejoignent, ce qui engendre malheureusement un ralentissement. Un peu de poudre colorée (oh nonnnn on était propre ! :)) et nous touchons au but… enfin presque ! Car les deux derniers obstacles sont bien chargés de participants. Nous passons à coté du premier (une benne remplie d’eau) pour aller directement au second, un mur en pierres avec filet, que nous passons… sans filet, à coté du chemin prévu, hey oui… y’a pas le feu au lac, mais on n’aime pas trop attendre non plus 🙂 surtout si près de la fin.

Retour au village et pour la première année, ce ne sont pas les Bubbles Men qui ont pour charge de faire le dernier obstacle, mais un autre Monkey bars avec de l’eau en dessous pour amortir les éventuelles chutes. Un changement apprécié qui permet de générer du spectateur et d’avoir un final en force.

Nous courons vingt mètres et passons la ligne d’arrivée, où médaille ET tee-shirt Finisher nous sont remis, et un bon ravitaillement nous attend.

Le temps de récupérer nos sacs, très rapidement là encore, douches et vestiaires sont à disposition pour nous changer, et c’est l’heure du « saucisse/frites ! ».

Le bilan

Par rapport à la 3e édition, l’organisation a mis en place plusieurs dispositifs pour palier à certains problèmes et offrir du renouveau à sa course.
Quelques points problématiques restent cependant présents : soucis de balisage, qui nous auront couté au moins trois obstacles — point de vu partagé par les Elites —, et gestion des deux courses en simultané (4 km et 10 km).

Mais relevons les plus : un nouveau tracé de course, le château de Pierrefonds mis en avant, 1 médaille + 1 tee-shirt + 1 buff + 1 saucisse/frites inclus dans le tarif de l’inscription, plus tous les services disponibles sur le village (toilettes, vestiaires, douches, consignes, restauration, photo box), la Moon Run sait prendre soin de ses participants !
Et avec son prix d’entrée de 45 euros, elle est dans la moyenne des tarifs pour une course fun.

En conclusion, pour cette édition 2019, de belles évolutions ont été mises en place, il faut souhaiter que les petits désagréments de cette année seront corrigés pour 2020 🙂

Les points positifs : 

  • Le site de la course avec son superbe château
  • Les marais, la boue et l’eau
  • Un tracé de course différent
  • Le pack finisher (médaille, buff, tee-shirt, repas)
  • Les services à disposition : toilettes, vestiaires, buvette, douches…

Les points à améliorer :

  • Le balisage
  • Départs retardés et bouchons dus à la superposition des 2 distances

Retrouvez dès maintenant notre vidéo et nos photos de La Moon Run 2019 sur notre page Facebook : Parcours Sportif

N’hésitez pas également à visiter La BoueTik, le fashion store dédié 100% aux coureurs & coureuses à obstacles.

Parcours Sportif

Parcours Sportif x Obstacle.fr, c'est une grande histoire ! Nous sommes très fiers de accueillir leurs chroniques et vidéos sur nos pages. Parcours Sportif fait parti de l'équipe des envoyés spéciaux d'Obstacle.fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr