La KesKonFouLa, une première édition prometteuse !

Samedi 08 septembre 2018 a eu lieu la première édition de la course à obstacles la KesKonFouLa à Orgères (35).

Étant en vacances dans la belle région de Bretagne, notre Capitaine Mika et Prescillia en ont profité pour aller découvrir cette nouvelle course, qui s’était annoncée rapidement complète sur les réseaux sociaux.

A quelques jours du jour J, Prescillia s’est malheureusement blessée à la cheville, c’est donc seul que Mika s’élancera sur les 10 km et 30 obstacles.

L’avant-course

Comme souvent, nous n’arrivons pas par la bonne route et ratons les parkings prévus pour les coureurs, mais nous trouvons une place rapidement dans une rue près du village, d’où on entend s’élever la musique et les exclamations des participants.

Tout est concentré sur le village : toilettes/douches/restauration/zones de départ/arche d’arrivée ; le retrait des dossards est rapide et un t-shirt nous est remis, le dépôt des sacs aux consignes est également fluide.

Les nombreux bénévoles sont tout sourire et échangent chaleureusement avec nous lorsque nous les croisons.

La vague de 10h30 est appelée, Mika se rend en zone de « motivation » où un speaker donne quelques indications pratiques sur la course, rappelle les règles de respect de l’environnement et des autres participants, puis cite les noms des équipes présentes dans la vague.
Déplacement ensuite vers le sas de départ pour un échauffement de quelques minutes, puis le départ est lancé assez rapidement.

La course 

Le premier obstacle, situé à à peine quelques mètres, est à double tranchant : c’est un énorme boudin gonflable qui n’est pas facile à franchir seul, ce qui créé un bouchon, mais comme les participants le passent au compte-goutte, le trafic est immédiatement fluidifié pour la suite du parcours. Mika passe ensuite deux petits murs, un Ventriglisse plat et savonné et une pyramide en rondins de bois, avant de s’enfoncer en forêt où l’attendent les premiers passages d’eau et de boue.

Vient ensuite une partie de course façon Trail, puis il sort de la forêt et escalade une grande structure en bois. L’obstacle suivant est un monkey bar très personnalisé avec, en cas d’échec, une chute dans des tomates pas fraîches, ahah ! Il est prévu à la base deux niveaux de difficultés pour le passer. Malheureusement, au moment où Mika arrive devant, l’un des côtés est en cours de réparation, il choisit donc par dépit le côté « facile ». Celui-ci s’avère être plus compliqué que ce qu’il n’y parait, car le filet horizontal dans la deuxième moitié de l’obstacle est très lâche, mais il le passe avec succès avec les félicitations du bénévole qui précise qu’il n’est à cet instant que le troisième à arriver au bout.

S’en suivent plusieurs bottes de paille, un mur incliné inversé qui provoque un bouchon (environ 15 minutes d’attente) car n’étant pas très large, une seule personne peut s’y aventurer à la fois. Nous apprendrons par la suite d’une des organisatrices, que cet obstacle a été retiré afin de refluidifier le parcours.

Il enchaîne sur deux grandes bobines, un mur de hauteur moyenne, une pyramide de paille puis un tunnel formé par des bottes de paille, dans lequel des petits malins s’amusent à lancer de la paille sur les coureurs grâce à des petits orifices dans les bottes.

Mika s’élance sur un filet vertical, une pyramide en bois et filet, s’engage dans un long tunnel couvert par différents types de bâches et d’une longueur d’environ 40 mètres. Vient ensuite une succession d’obstacles à base de filets : filet vertical avec réception sur filet horizontal, filet horizontal tendu entre les arbres et une grande pyramide de filet.

Une zone boueuse pointe à l’horizon avec un ramping, deux grosses butes de terre, un tuyau pour arriver dans un bac d’eau boueuse, enchaînement d’un nombre important de bute de terre qui cassent bien les jambes, petit toboggan avec atterrissage dans un bac de boue, encore deux butes de terre, et pour finir de nouveau un tuyau avec chute dans un bac d’eau.

Mika franchi un mur de pneus, traverse un lac pour se rendre de l’autre côté du rivage où se dresse la tant attendue Tyrolienne. Adaptée à tous, car composée de deux poignées et d’un mini siège façon tire-fesses. Le bénévole responsable de cet obstacle est à fond et fait des blagues, les participants partent par vague de trois. Malgré sa prise d’élan, Mika finira à l’eau comme tous les autres coureurs.

Viennent ensuite un pont de singe au-dessus du lac, un mini toboggan gonflable avec atterrissage dans un autre plan d’eau où rapidement il n’a plus pied et en profite pour nager quelques mètres. Il sort de l’eau, mais trempé pour trempé,  c’est parti pour une traversée de pontons flottants (palettes montées sur des bidons), assez éloignés les uns des autres pour terminer une fois de plus à l’eau !

Il sent maintenant que l’arrivée est proche, et les derniers obstacles s’enchaînent rapidement : une toile d’araignée très colorées avec pour petit clin d’oeil le « K » de KesKonFouLa dessiné avec de la corde à l’entrée de celle-ci, un mur pourvu de prises d’escalade dont il ne se servira pas pour le franchir et une poutre d’équilibre mobile construite sur une bobine.

Il entend l’ambiance du village et les commentaires du speaker en arrivant sur le dernier obstacle : une grande structure gonflable à grimper, un peu comme une échelle, pour ensuite sauter dans un matelas de pompier. Deux hauteurs sont proposées : 5 et 7 mètres. Prescillia, qui a suivi Mika sur la dernière portion du parcours, le rejoint une fois qu’il a été « recraché » par le matelas pour courir les quelques mètres qui les séparent de la finish ligne où ils sont accueillis par les applaudissements des bénévoles qui mettent une belle ambiance en fin de course.

Pas de ravitaillement de fin, uniquement une boisson et une EcoCup offertes à chaque coureur en échange du bracelet de participation. Une bénévole nous demande de remplir un questionnaire de satisfaction à chaud.

Les sacs sont rapidement récupérés et après s’être mis au sec, nous partons nous restaurés aux stands payants de restauration.

Le bilan

Une belle première édition pour la KesKonFoula qui a réuni plus de 1 650 participants, dans une ambiance de course de Province que nous aimons tant. Le site, avec ses terrains variés, est magnifique. 

L’équilibre entre les obstacles est à développer, car ils demandent beaucoup d’agilité et d’endurance, mais peu de force sur les bras. Cependant, c’est une course familiale, conviviale et fun, sans vague chrono, se qui justifie des obstacles accessibles à tous.

Bravo aux Manue’s pour l’organisation, ainsi qu’aux 160 bénévoles présents !

Nous avons hâte de voir ce que donnera la seconde édition 😉

Les points positifs :

  • Le site
  • L’ambiance générale de la course
  • La revisite de plusieurs obstacles classiques (monkey bar, filets, poutre d’équilibre…)
  • Le combo fin de course : dernier obstacle impressionnant + vraie finish line + belle ambiance
  • La possibilité pour les accompagnateurs de se rendre aux différents obstacles pour encourager les participants
  • Les nombreux bénévoles et leur bonne humeur
  • Le village avec tout à dispo + les animations pour les enfants

Les points à améliorer :

  • La largeur des obstacles
  • L’équilibre des obstacles
  • Le fléchage sur le village (mettre les panneaux plus en hauteur)
  • Le balisage à quelques endroits
  • Ajouter un petit ravito de fin


Retrouvez dès maintenant notre vidéo et nos photos de la KesKonFouLa 2018 sur notre page Facebook : Parcours Sportif

N’hésitez pas également à visiter La BoueTik, le fashion store dédié 100% aux coureurs & coureuses à obstacles.

Parcours Sportif

Parcours Sportif x Obstacle.fr, c'est une grande histoire ! Nous sommes très fiers de accueillir leurs chroniques et vidéos sur nos pages. Parcours Sportif fait parti de l'équipe des envoyés spéciaux d'Obstacle.fr

Continuer votre lecture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soutenez Obstacle.fr