Dans la folie de la Mayday53

 

Pour la première édition de 2017, j’avais apporté mon aide à l’organisation en tant que bénévole et j’avais ainsi vécu la course de l’intérieur. Bien que j’avais adoré l’expérience, je préfère de loin courir donc cette année, c’est en tant que compétiteurs sur la 7km de l’après-midi que je prenais part à l’événement.

Pour information, les 1200 personnes des vagues funs étaient passées le matin et avaient joyeusement labourés le terrain. Ça annonçait donc un vrai cross country des familles par endroit autour du plan d’eau de Mayenne. Aidé par la proximité du centre-ville, le public était très présent. C’était même assez particulier au moment du départ de se retrouver face à autant de monde. Pas habitué et mon brushing n’était pas au niveau ! Par ailleurs, le speaker avait même des anecdotes sur certains coureurs. Vraiment fun ! Déjà l’échauffement mené par les coachs des clubs de sport du coin démarre. En général, les compétiteurs s’échauffent seuls avant et ne participent pas du tout à cet échauffement sauf que là avec l’estrade située juste en face de la ligne et le public vous étiez un peu obligé de jouer le jeu. C’était très adapté ! En outre, nous avions tous une chasuble blanc un peu trop large pour moi avec notre numéro floqué dessus pour nous identifier facilement. Je ne sais pas dans quel état ils les ont récupérés ^^ mais bon courage à la machine.

https://youtu.be/oYsJLXmoMAg

Après 5minutes, un décompte d’une bande son démarre et je comprends que le départ est imminent. Ça part fort comme on pouvait s’y attendre. Niveau sensation :je suis en forme, tant mieux. Devant, Tony Foulon, une des références du département top 200 aux France de cross a évidemment opté pour un départ à block pour creuser un max d’écart et palier aux futures pénalités qu’il va prendre. En effet, il faut savoir que nous disposions de 3 bracelets au poignet. En cas d’échec, le bénévole nous le coupait et nous prenions 5 minutes de pénalité à ajouter au temps final. Je ralentis un peu car suivre cet avion de chasse ne sert à rien. Peine perdue !

Guillaume Beudin, le favori, me distance un peu également. Je reste donc avec un petit groupe derrière. Avec 50 obstacles, ça s’enchainent très vite. On court dans les escaliers d’un bâtiment public (inédit et cool), on passe en marche de l’ours sous les barbelés. Je gère mon allure pour veiller à rester dans le coup. Saut dans la benne de boue puis par dessus des petites haies avant d’arrivée sur un obstacle original, le lancer de balle de tennis dans une planche en bois avec des trous. En gros, vous réussissiez, vous évitiez de faire un tour de 80m type biathlon en montée/descente. Vu la taille des trous, c’était plus de la chance que de l’adresse mais j’ai adoré l’idée. Brice des HCT me fait même rire car il trouve le moyen de lancer au dessus de l’énorme cible située à 5m ^^un vrai tireur d’élite ^^. Je lance très vite et je fonce sans attendre faire le tour de pénalité. Aussi, je reste au contact et je remonte des places dans la spirale infernale où le public nous encourage bruyamment. C’est génial d’entendre des « Allez Mathieu » de partout. Je suis surboosté car c’est pas tous les jours que ça arrive !

Je grimpe très vite sur la structure suivante , 2 petits sauts et je me jette dans le toboggan. Direction le mini court d’eau où je redouble 2 personnes en faisant attention aux cailloux. Je suis en 5 ème position maintenant et je sais que devant ça va prendre des pénalités. Ca envoie en course à pied et je suis au taquet pour ma part. Après le rampé sous des voitures, on se fait rincer par des jets d’eau d’un gros plan incliné très glissant à monter avec une corde et ensuite on court sur des palettes sur l’eau en aller retour. Là aussi, le public est massé attendant notre chute …. De nouveau une structure à escalader : les obstacles sont simples pour le moment mais variés. Ils ont été conçu par les artisans du coin et sont très sécurisés et solides. Je me sens en confiance.

Je cours dans un long passage dans un cours d’eau et j’essaie de revenir sur coureur 50m devant moi. Celui-ci sort sur la droite avant un pont et relance­ sur le chemin . Je le suis sans réfléchir quand j’entends derrière moi une voix qui m’indique que ce n’est pas le bon chemin. Mince… Mon GPS interne a encore fait fureur ^^ … Pire que moi, le coureur devant a déjà tourné vers la montée et je ne peux plus le prévenir. Tant pis pour lui et je lui souhaite une bonne course d’orientation! Je me pose aucune question et je retourne à l’endroit où je m’étais trompé. A froid, le balisage était certes léger à certains passages mais je m’en veux de ne pas avoir mieux reconnu le parcours la veille. Pas bien grave ! Ma sortie de piste de 150m environ me coûte 5 places car la densité était importante à ce moment là mais bon je suis à domicile et je me dois d’être charitable avec mes hôtes;-) .

Après 100m dans le ruisseau, je rampe dans la boue . Je m’efforce de ne pas trop me salir les mains car je sais que le mini rig (que j’ai installé la veille ^^) va bientôt arriver. Sauf qu’en apercevant celui-ci, je constate qu’il n’y a plus qu’une voie sur les deux d’installée… Je sprinte pour arriver avant un coureur dans la queue… Ici, je me retrouve à attendre derrière 3 coureurs… et j’ai ainsi rapidement perdu 2′ qui m’auront permis de récupérer, poser pour les photographes et même signer quelques autographes…

Ca y’est c’est à mon tour et je m’élance : mes mains glissent totalement sur la 2ème cordelette très fine. Je me rattrape in extremis et j’accroche la suivante quand la première suspension se décroche et je me retrouve à plat dos…Classe ! Pas de bobo, je repars directement à l’assaut de ce mini rig et je le franchis sans encombre. On m’annonce que la plupart des coureurs ont pris des pénalités devant moi et ça me booste encore plus. Je franchis tous les obstacles suivants assez vite : structure toboggan, filet vertical, mini rampe, gros mur à escalader , poutre bascule et le ramping sympa sous une mini tour Eiffel.

Je rejoins Brice des HCT (qui m’avait dépassé suite à mon erreur de boussole) alors que nous allons tenter le second gros obstacle du parcours à savoir une corde horizontale tendue à ne franchir qu’avec les mains. Je prends un peu de temps pour récupérer et je me lance. Avec une bonne technique et du gainage, je le franchis assez vite et je double Brice. Cool de se tirer un peu la bourre entre pôte ! Je me retrouve pendant un long moment sans personne en visuel. Je passe en mode contre la montre alors que j’aperçois enfin un coureur qui finit son tour en montée / descente de 200m avec 2 sacs de sable de 8kg environ. C’était bien pensé et suffisamment lourd et pentu pour devoir fournir un effort important.

Peu après, de nouveau, j’ai un doute sur la route à suivre et je m’arrête. Après réflexion, je reprends ma course et je saute par dessus des obstacles d’équitation. Puis, je plonge et nage pour traverser une mare de 15mètres environ. Ma famille m’encourage et je donne tout pour reprendre le coureur situé 100 m devant moi qui apparaissait en ligne de mire. J’ entends le speaker qui annonce l’arrivée des premiers coureurs et j’apprends que 3 sur 5 auraient déjà pris des pénalités. Derniers efforts, l’arrivée est proche. Après la glissière, je fonce pour me placer derrière le coureur sous le filet à soulever. Le speaker annonce mon nom et m’encourage. Je suis en mode fou fou. Derrière je sprinte pour le doubler et finir en 43′ cette Mayday 7km. Je n’ai pas pris de pénalité et j’ai bien donné, je suis ravi.

Devant moi, je vois le coureur qui s’était perdu et je ne comprends absolument pas comment il a pu arriver avant moi ne l’ayant vu à aucun moment me dépasser. Mystère ! Houdini a encore frappé , à moins que son gps était meilleur que le mien! Bravo à lui !

Je finirai finalement à la 4ème place : en effet, ça m’a fait plaisir de laisser les potes monter sur le podium 😉 ^^

Après cela, nous avions droit à un ravitaillement assez fourni avec des barres protéinées, des fruits et des gâteaux ainsi que des boissons. Par ailleurs, nous pouvions nous doucher et changer dans des vestiaires. Du grand luxe quoi ! Peut -être qu’une consigne aurait été un gros plus !

Bilan :

cela restera un super moment et je me suis éclaté comme tous les autres participants avec lesquels j’ai pu discuter d’ailleurs.

Au final, avec son ambiance, son parcours rythmé et sa variété d’obstacles, la Mayday53 va assurément devenir un incontournable de ma saison de course à obstacles.

Je tiens à remercier et féliciter l’organisation et les bénévoles pour la qualité de l’événement.

J’ai moins aimé :

Le chasuble blanc trop grand qui s’est pris dans les barbelés et gênait dans l’eau, le balisage à quelques endroits imprécis, la seule voie à la monkey bar qui aura causé trop d’attente, 2 obstacles plus durs en plus auraient été bien pour challenger davantage les compétiteurs, l’absence d’un règlement clair niveau obstacle, l’absence de ravitaillement à mi-course pour les coureurs de la 14km et de consignes.

j’ai aimé :

la parcours sur un petit périmètre, le public très nombreux, le départ et l’échauffement, le nombre et la qualité des obstacles, les 2 obstacles plus durs, la balle de tennis et son tour à faire, les bénévoles, être encouragé par tout le monde, un podium avec des prix, les bracelets pénalité en temps, le ravitaillement de fin, les vestiaires avec douche, le speaker qui vous appelle par votre prénom et nom (on se sentirait presque comme une vedette ^^) et l’ambiance en général.

Remerciements

Je remercie ma famille qui est venue m’encourager ainsi que mes amis Sébastien et Cindy pour les vidéos et le soutien.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont encouragé : ça m’a vraiment fait tout donner. TOP !

Je remercie mes partenaires l’Orange Bleue Mayenne et mon équipe PRIDE OR DIE, mon coach Arnaud Jacquot pour la belle progression.

Je salue tous les proches et connaissances que j’ai pu croiser sur place.

Après une petite course dimanche prochain de 5km, je serai à Madrid pour la Spartan Race et tenter de décrocher un ticket pour les championnats d’Europe Spartan à Morzine.

Je vous dis à bientôt et

ENJOY!

 

Mathieu Claustre

Quand il n'enseigne pas en école primaire, Mathieu est obstacle racer et il nous fait la joie d'être chroniqueur pour obstacle.fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr