Steeve : la course à obstacles a changé ma vie !

Français en Nouvelle-Zélande, Steeve Ricardo Bourdoiseau enchaîne les cigarettes et les soirées. L’alcool et la caféine coulent à plein temps dans ses veines. Mais une rencontre et les courses à obstacles s’apprêtent à révolutionner sa vie.

Le monde de la restauration est un environnement particulièrement violent. Les jours s’enchaînent longs et exigeants. « Quand tu finis, t’as qu’une envie : c’est de faire la tournée des bars pendant tout le reste de la nuit avec les collègues. En fin de compte, je vis la nuit et rentre la plupart du temps quand il fait jour. Je dors toute la journée et retourne au boulot ».

Semaine après semaine, mois après mois pendant huit ans, le corps et l’esprit s’usent : « Plusieurs fois, je me pose la question de combien de temps ce rythme de vie va durer. J’approche des trente ans. J’ai une copine avec qui ça marche bien depuis quelques mois et on a des projets. Les problèmes de santé et la fatigue de l’organisme s’accumulent. Je ressens une forte envie de changement mais je ne sais pas comment trouver la motivation ».

À Auckland, Steeve vit dans un hostel : une auberge de jeunesse où les rencontres sont fréquentes et variées. Les colocataires changent régulièrement et les chemins se croisent.

« Au milieu de tous ces voyageurs, je rencontre Manuel Casado, un français qui s’installe sur Auckland et avec qui je vais être amené à partager la même chambre. Le mec mange comme un ours, il est athlétique, je suis curieux de savoir ce qu’un mec comme ça fait de son quotidien. Il fait des courses à obstacles. Ce type de course est totalement inconnu pour moi ! »

Après le premier choc de la découverte de ce « truc de déjanté ». Le concept est séduisant. C’est le déclic et le défi, sur un coup de tête, de participer à une des courses à obstacles les plus dures : la Spartan Beast avec ses 20 kilomètres et ses 40 obstacles. En ce mois de février, Steeve a trois mois pour se préparer. « C’est un grand oui pour moi et surtout une super occasion de découvrir et de me lancer dans un grand changement. Manuel me dit que ce sera dur, qu’il faudra beaucoup s’entraîner et régulièrement, bien dormir et bien manger également. »

Manuel commence par accompagner Steeve à la salle de sport pour si, physiquement, il peut tenir le coup avant de commencer une préparation adéquate. « La séance me tue, on fait des exercices basiques de muscu, de cardio… Rapidement, je suis en sueur, tout blanc, j’ai la gerbe. La sensation est terrible ! » Mais Steeve ne lâche pas. Il ne baisse pas les bras. Pour commencer, il s’entraîne trois fois par semaine. Il ralentit l’alcool, arrête la cigarette. Un mois passe et les progrès se font voire chaque jour et rapidement. « Mes entraînement passent de 3 à 5 par semaine. Ils sont d’une durée de 3 heures en moyenne, ils sont longs et douloureux. En 3 mois, les progrès sont incroyables. J’ai perdu mon petit ventre à bière, mon corps se dessine et se transforme, mes perfs s’améliorent de semaines en semaines. »

Trois mois après ce changement radical, Steeve achève sa première Spartan Race Beast à Sydney, le 6 Mai 2017. Il a combattu plus de 21 km et 60 obstacles. « Je pleure, je suis remplis de crampes épuisé mais surtout heureux, Manu et ma copine me reçoivent sur la ligne d’arrivée, c’est l’euphorie ! Il y a 3 mois, je n’aurais jamais imaginer être capable de réaliser une telle prouesse et Manuel non plus d’ailleurs. la sensation est juste extraordinaire. On se sent surhomme. Les dés sont jetés. Je suis accro. J’en veux plus. Ma vie a profondément changée. J’ai la sensation que plus rien ne peut m’arrêter maintenant. »

Aujourd’hui, Manuel est de retour en France mais Steeve et lui restent régulièrement en contact et projettent de nous rencontrer quelque part en Europe en 2018 pour le challenge Ultime, la Spartan Ultra… « Un grand merci à Manuel, une grande inspiration pour moi et sans qui tout cela ne serait jamais arrivé ainsi que ma copine pour son support de tous les jours dans ce changement de vie ».

D’autres aventures

L’aventure de Cécile

L’aventure d’Alexandre, greffé du foie

L’aventure de Gérard, 66 ans