L’Arrachée 2018, une 4e édition qui confirme un succès croissant !

Samedi 27 octobre a eu lieu la 4e édition de L’Arrachėe au Lion d’Angers (49). Course à laquelle nous avions beaucoup aimé participer l’an dernier et qui avait été élue « Meilleure course Fun » aux Obstacles d’Or 2017. Nous avions donc hâte d’y retourner !

Ce sont environ 2 400 coureurs qui sont attendus cette année.


Notre Capitaine Mika sera seul à se lancer sur les 9 km et 25 obstacles.

L’avant-course

Arrivés de région parisienne la veille, nous avons passé la nuit dans une charmante chambre d’hôte située à 6 minutes en voiture du lieu de la course, parfait !

8h30 ce samedi, il ne fait pas plus de 3°, il y a du brouillard et tout est gelé, ça promet.

De nombreux bénévoles sont postés aux abords des parkings pour nous diriger jusqu’à la place où nous garer.
Le village et le départ de course se trouvent dans l’Hippodrome de l’Isle Briand. Il y a de nombreux stands, animations pour les enfants et même un jeu-concours pour gagner 2 000€ de cadeaux !


Il est encore tôt et le retrait des dossards est très fluide. Les consignes sont payantes (2€), mais nous ne les utiliserons pas puisque Prescillia, qui accompagne notre Capitaine, gardera ses affaires.
Nous constatons cependant, qu’il y a apparemment un côté dépôt et un côté retrait, comme nous l’avions conseillé aux organisateurs l’an dernier.

La course

9h30, il est l’heure pour moi d’entrer dans le sas d’échauffement et de quitter l’une de mes baskets qui va rejoindre ses semblables dans un mini tracteur avant d’être jetée environ 50 mètres plus loin.
Puis l’échauffement s’engage, en musique et dynamique ! Et autant vous dire que le sol, encore plein de givre, me rappelle bien à quel point il fait froid. Mais l’ambiance mise par le speaker, les coachs de l’Orange Bleue motivés pour nous faire bouger et la motivation de ma vague me font vite oublier ce détail !

Quelques secondes me sépare du départ, le temps pour moi de profiter de l’ambiance, de voir les fumigènes colorés se consumer et d’apercevoir le tracé encore glacé devant moi.

Départ lancé, je commence par franchir deux petites bottes de paille couverte de glace avant d’aller chercher ma basket parmi une centaine d’autres. Coup de chance, elle est bien visible et je tombe dessus directement. Le temps de refaire mes lacets et me voilà parti avant la majorité du peloton !

La première partie est composée d’un petit parcours en zigzag avec un dessus/dessous et le franchissement du « cottage », une sorte de chalet. Pas du tout facile à passer surtout pour les moins grands, un petit coup de main ne sera pas de trop pour m’aider à grimper !
J’arrive face à une grande bâche verte avec un pas peu rassuré… en effet, l’an passé au même endroit il y avait des scènes d’épouvantes, des morts-vivants, des vampires, des bouchers sanguinaires… Petit clin d’œil à Halloween qui a lieu quelques jours plus tard. Bref, autant vous dire que là, avec personne devant, ni derrière moi, je ne fais pas le malin, ahah !
Finalement, coup de stress pour rien, car il y a cette année de la mousse à l’intérieur. Mais bon… il aura fallu attendre ma sortie à l’autre bout du tunnel, plongé dans le noir, pour être rassuré de ne pas tomber sur un « monstre ». Merci les organisateurs pour la peur psychologique 🙂

Je reprends ma route et arrive devant des bidons roses avec des numéros et des opérations de math à faire… hum hum… On m’explique qu’il faut additionner le résultat de chaque bidon pour trouver un résultat qu’il faudra communiquer plus loin. En général, je compte sur mon équipe pour ce genre d’épreuve. Comment vais-je faire tout seul ?! O.o

S’enchaînent ensuite un labyrinthe bien sympa où la perte de repères et les pièges sont de mise, la classique « toile d’araignée » qui a été revisitée avec des chambres à air et des sacs de sable attachés aux cordes. Une manière originale de rendre l’obstacle plus compliqué et en même temps plus fun !
S’en suit un ramping sous barbelés divisé en 3 parties, une première classique, une deuxième creusée plus profond avec de l’eau, puis du classique très étroit.

C’est donc bien sale que j’arrive à la fameuse « Warrior Zone ». Cette dernière, primée par Obstacle.fr en 2017 comme « Meilleur Obstacle » est là encore à la hauteur des mes attentes.
 Elle commence par un mur à longer au-dessus du sol grâce à quelques prises d’escalade, avant de se poursuivre sur des modules types accrobranche. Trois parcours de difficulté différente sont possibles. Je prends le plus dur qui est composé de quatre parties (contre trois l’année précédente) :

  • Un filet type « pont de singe » à passer à la force des bras ;
  • Un enchainement sur des rondins très instables, assisté d’une corde en hauteur ;
  • Un enchainement mixant anneaux & cordes à nœuds avec deux étapes pour se « reposer » ;
  • Et un « cochon pendu » pour finir.
    Un vrai obstacle challenge, mais surtout du pur plaisir !

Vous vous souvenez des calculs de math du début de course ? Et bien je me suis trompé au rendu du résultat. En même temps… je m’y attendais, ahah ! 🙂
C’est donc avec une petite charge sur les épaules –qui représente la pénalité– que j’attaque une partie de course en « montées/descentes ».

Les obstacles s’enchaînent ensuite très rapidement, avec une côte à monter à l’aide d’un filet, une zone de boue, un « cochon pendu », un tunnel bâché de boue… quand je tombe sur les responsables du parcours ! Comme l’an dernier, ils circulent sur le parcours afin de palier à tout manque dans les plus bref délais.

Après quelques mots échangés, je reprends ma course avec un ramping dans un tube, une grande pyramide de paille, un mur incliné, puis j’arrive face à une fosse.
L’entrée se fait par un toboggan ; quant à la sortie, elle est composée d’une rampe bien glissante ! La récompense après cet obstacle est le ravitaillement de mi-parcours. Petite nouveauté, on nous propose un lavage de main, ainsi qu’un feu pour se réchauffer ! Je sens que certains participants vont stationner ici longtemps vu la température, ahah !

Je repars et très vite se dresse devant moi une grosse nouvelle structure. Elle se compose d’un monkey bar, d’un jeu de tunnel, d’un filet, avant de finir sur un petit toboggan. Une belle nouveauté où l’agilité est de mise. Et en parlant d’agilité, il en faudra pour l’obstacle suivant, un mur à monter avec des cordes à nœuds. Dit comme ça, ça semble simple, sauf que les panneaux du mur en question ne sont pas en bois, mais recouverts d’une manière type PVC et autant dire que ça glisse beaucoup !

Le tracé nous conduit le long d’une rivière vers laquelle nous sommes poussés, pas dans l’eau, mais dans une bonne zone pleine de vase où je m’enfonce directement au niveau des genoux… Et comme nous en plaisantons avec les bénévoles présents, je suis dans les premiers… alors qu’est ce que ça va être plus tard dans la journée 🙂
Le rinçage est offert grâce à la piscine que je partage avec des ballons, mais aussi des canards et mon ami le homard (cf. la vidéo) Ahahah !
Pas le temps de rester propre, un double bac de boue s’offre à moi avant de poursuivre en sous-bois avec deux murs à franchir et un dessus/dessous.

J’entends au loin l’ambiance du village ! Et s’annonce – malheureusement déjà – l’avant dernier obstacle. Il est constitué de pneus attachés verticalement pour passer dedans, puis posés au sol pour passer par dessus, le tout sur une bonne distance.
Je reprends ma course, la musique est de plus en plus présente et voici donc le dernier obstacle. C’est une grosse structure gonflable, sur laquelle, après quelques mots échangés avec un des membres du staff, je me jette tête la première pour arriver dans une mousse bien épaisse ! Assez pour ressortir tel un bonhomme de neige et faire rire les curieux grâce à ma nouvelle coupe de cheveux incomparable, ahah !


Encore quelques mètres et je passe la ligne d’arrivée. Après quelques photos prises devant le photo-call Finisher, je fais un premier rinçage, essentiellement des mains et des chaussures, grâce à quelques robinets d’eau situés à proximité, très pratique !

Prescillia, qui m’attend à la sortie, en profite pendant ce temps pour échanger quelques mots avec Vincent AUBRY, Directeur d’Anjou Sport Nature, qui nous a reconnu (ça fait super plaisir !).

Petite satisfaction personnelle, elle m’apprend que je suis arrivé dans les 15 premiers, ce qui n’est pas mal en partant dans la vague 2 et sans objectif de chrono. Le plus important est derrière moi : une course superbe et des échanges sympathiques avec des participants et les bénévoles.

Un petit point boisson à l’arrivée permet de s’hydrater et de récupérer en même temps le t-shirt Finisher. Il n’y a pas de ravito d’arrivée à proprement parler car, encore mieux, chaque coureur se voit offrir un repas chaud et complet après s’être changé et mis au sec.

Le petit « plus »

L’Arrachée avait organisé, en amont de la course, plusieurs concours via sa page Facebook, dont un où il fallait créer l’Eco Cup de cette édition 2018.
Nous avions donc décidé de tenter notre chance en proposant notre version.

Quelques semaines plus tard, les créations des participants à ce concours ont été soumises aux votes sur Facebook et le grand gagnant a été… Mika 🙂
Il a donc remporté un chèque cadeau d’une valeur de 150€ dans le magasin DALBE, qui lui a été remis ce samedi sur le podium de la course par Mr Jean-Christophe NICLOT, Dirigeant du magasin DALBE d’Angers-Beaucouzé.
Nous avons eu le plaisir d’être invités après cela dans l’espace VIP, afin de trinquer et de pouvoir échanger avec Mr NICLOT, ainsi qu’avec Mr Le Maire du Lion d’Angers et quelques personnes d’Anjou Sport Nature. Un vrai privilège, dont nous les remercions encore !

Le bilan

L’Arrachée a su se renouveler, évoluer, revoir quelques classiques et apporter de nouveaux obstacles. C’est-à-dire proposer tout ce que l’on peut souhaiter d’une course d’une année sur l’autre pour conserver son attractivité.

Point important, la course a su prendre en considération les remarques que nous lui avions apportées l’année précédente suite à notre participation. Elle offre aujourd’hui un event équilibré où tous peuvent y trouver leur compte, tant pour le challenge que pour le fun.
Un grand bravo aux organisateurs et aux 150 bénévoles.

Si vous ne l’avez pas encore testé, il ne faut plus hésiter pour 2019 !

Les points positifs : 

  • la super ambiance au départ et sur le village
  • le site
  • le renouvellement des obstacles (des nouveaux et des revisités)
  • les nombreux bénévoles motivants tout au long du parcours et à chaque obstacle
  • le village avec de nombreux exposants locaux
  • les animations pour les enfants
  • les jeu-concours avec plein de lots à gagner
  • le repas chaud offert pour les coureurs

Les points à améliorer : 

  • le manque d’ambiance à l’arrivée
    (nous apprenons qu’un des deux Speaker prévu a eu un empêchement de dernière minute et de ce fait, celui qui devait s’occuper de l’arrivée a dû prendre le contrôle du départ)

Retrouvez dès maintenant notre vidéo et nos photos de L’Arrachée 2018 sur notre page Facebook : Parcours Sportif

N’hésitez pas également à visiter La BoueTik, le fashion store dédié 100% aux coureurs & coureuses à obstacles.

Parcours Sportif

Parcours Sportif x Obstacle.fr, c'est une grande histoire ! Nous sommes très fiers de accueillir leurs chroniques et vidéos sur nos pages. Parcours Sportif fait parti de l'équipe des envoyés spéciaux d'Obstacle.fr

Continuer votre lecture

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soutenez Obstacle.fr