Tough Mudder

Les Tough Mudder sont des courses à obstacles dont la distance varie généralement de 15 à 20 km et dont les parcours sont préparés par les forces spéciales britanniques avec un total de 15 à 20 obstacles. Elle se décrit elle-même comme la course du genre n°1 au monde. Sa particularité est que les obstacles sont conçus non seulement pour tester la force mentale et physique des participants mais jouent aussi souvent sur ​​les peurs humaines les plus fréquentes (hauteur, chocs électriques, froid, …). En moyenne 1/4 des partants ne termine pas la course.

Contrairement à d’autres organisations (comme la Spartan Race par exemple) les Tough Mudder ne sont pas chronométrées, ce qui la rapproche plus de la catégorie des mud run, à l’instar des Mud Day.

Historique des Tough Mudder

Le concept de la course est dû à Will Dean, un anglais étudiant alors à la Harvard Business School de Boston, qui l’a proposé dans un concours scolaire ou il terminera demi-finaliste. Il rencontre ensuite Guy Livingstone, anglais lui aussi mais habitant New-York, avec qui il co-fonde la société. Avec un budget de 8.000$ et grâce au bouche à oreilles via Facebook il a pu lancer le premier évènement du genre aux États-Unis le 2 mai 2010 (à Allentown en Pennsylvanie). Un succès, 4.500 participants. Suivront alors les éditions en Californie du Nord et au New-Jersey (toujours en 2010). Après 1 an plus de 50.000 personnes avaient participé à une Tough Mudder. En 2012 ils étaient plus de 500.000 et en mai 2013 le cap du million d’inscrits total était dépassé.

En 2011 il y aura 14 évènements sur l’année, en 2012 cela montera à 35 répartit sur 4 pays (USA, Canada, Australie, Angleterre) et pour 2013 le chiffre de 53 courses dans 5 pays est atteint (aux 4 précédents il faut ajouter l’Allemagne). Pour 2014 plus de 60 évènements sont prévus incluant l’Afrique du Sud, le Mexique et la Nouvelle-Zélande. La France et la Belgique étaient ouvertes aux pré-inscriptions mais ne le sont plus à l’heure actuelle, wait and see.

Parmi les sponsors officiels : l’US Army, Under Armour, Bic, Dos Equis, CamelBak, Degree, Wheaties, Samsung (au Canada), Strongbow (Angleterre), Victoria Bitter (Australie), …

Les obstacles des Tough Mudder

Le terrain sur lequel se déroule la course est variable, cela va du sous-bois aux stations de ski en passant par la piste de cross. Certains obstacles sont adaptés selon les spécificités du lieu mais plusieurs d’entre-eux sont communs aux différentes courses. Parmi les grands classiques que vous risquez de rencontrer :

* Arctic Enema : Les participants plongent dans une benne à ordures remplie d’eau glacée, passent par dessous une planche qui traverse la benne et ressortent de l’autre côté.

* Berlin Wall : mur par dessus lequel il faut passer, la hauteur est généralement située entre 2m40 et 3m60.

* Electroshock Therapy : 1.000 fils sous tension (10.000 volts) pendent au-dessus d’un champ de boue que les participants traversent. C’est le dernier obstacle avant la ligne d’arrivée.

* Funky Monkey : Basé sur le principe des monkey bars (mais inclinées), il faut traverser au-dessus d’un bassin d’eau froide. De plus les barreaux sont souvent recouvert de beurre ou de boue.

* Electric eel : autre épreuve liée à l’électricité, cette fois il s’agit de ramper sous des fils envoyant des décharges électriques.

* Everest : chacun doit courir afin de grimper sur une sorte de half-pipe de skateboard, cette dernière est recouverte de graisse pour rendre la montée plus difficile sans aide.

* Boa Constrictor : Les participants passent à travers des tuyaux étroits, souvent remplit de boue.

* Walk The Plank : Depuis une plateforme située à plus de 4.5m de haut il faut sauter dans une « cuve » d’eau froide.

D’autres obstacles parfois de la partie : Bale Bonds (empilement de bottes de foins), Warrior Carry (porter un autre participant sur le dos), Underwater Tunnels (passer par dessous des tonneaux flottant sur un plan d’eau), Balls to the Wall (passer par dessus un mur de 4m à l’aide d’une corde et de cales), Twinkle Toes (franchir un bassin d’eau glacé en équilibre sur une planche), Cage Crawls (une tranchée d’eau froide à traverser avec juste quelques centimètres pour respirer), Trench Warfare (tranchée fermée dans laquelle il faut ramper), CliffHanger (une falaise de boue glissante inclinée à 45 degrés et faisant plus de 10mètres, travail d’équipe obligatoire), Pirate’s Booty (filet de 4-5m de haut sur lequel grimper et redescendre), Island Hopping (traverser un lac en sautant sur des blocs flottant et mouvant), …

Tough Mudder dispose même depuis 2012 d’un espace dans le New-Jersey où ils dessinent et testent de nouveaux obstacles, Obstacle Innovation Lab.

World’s Toughest Mudder

Cet évènement diffère des autres sur plusieurs points :
– il classe les participants en fonction de leur temps/performance
– il dure 24 heures d’affilées
– les inscriptions ne sont pas ouvertes à tous, seuls ceux invités par les organisateurs peuvent y participer
– les meilleurs au classement final reçoivent des prix (10.000$ pour celui qui termine 1er)

La course se présente également différemment puisqu’il s’agit d’un circuit (entre 8 et 16 km) qu’il faut compléter le plus grand nombre de fois possible sur la durée des 24h.
La 1ère World’s Toughest Mudder s’est tenue en 2011 à Raceway Park (New Jersey) et a été remportée par Junyong Pak (pour les hommes) et Juliana Sproles (pour les femmes). En 2012, avec 1200 concurrents au départ, Junyong Pak reconduit son titre et Amelia Boone l’emporte du côté féminin.

Pour 2013 de nombreuses nouvelles récompenses étaient proposées : ceux qui ont parcouru plus de 50 miles (80km), 75 miles (120km) et 100 miles (160 km), celui qui aura parcouru la plus longue distance, celui qui aura accomplit le plus grand nombre de tours complet entre 5h du soir et 5h du matin, celui qui aura réalisé le tour le plus rapide, … Les 5 premiers en solo remportent un prix en argent (10.000$ pour le 1er à 1.000$ pour le 5è) ainsi que les 3 premières équipes (12.000$ à 2.000$, à se partager en 4). Ryan Atkins l’emporte pour le classement masculin (100 miles couverts), Deanna Blegg pour le classement fémnin (85 miles) et les 3AM Waterfalls en équipe (80 miles).

Oeuvres de charité

Tough Mudder reverse une partie de ses gains au Wounded Warrior Project, un programme qui permet de s’occuper des soldats blessés sur le champ de bataille. Notamment en offrant des séances de gestion de stress post-traumatique ou en proposant des aides à l’emploi. Dans chaque event est normalement présente une team de soldats blessés. Jusqu’ici plus de 6.5 millions de $ ont ainsi été récolté.

Mais Tough Mudder ne supporte pas uniquement les soldats américains, ils font de même dans chaque pays ou se déroule leurs évènements : Wounded Warriors Canada (Canada), Help for Heroes (Angleterre) et Legacy (Australie).

Critiques envers Tough Mudder

Mi-2013, suite au décès d’un participant sur l’obstacle Walk The Plank (voir ci-dessus), de nombreuses voix se sont élevées quant à la sécurité sur les Tough Mudder. Pour les organisateurs il s’agissait du 1er décès sur un total de 750.000 participants, chiffre nettement inférieur à des courses comme le marathon par exemple. Pour eux l’incident est plus que regrettable mais fait partie du risque inhérent à ce type de course, il est difficilement envisageable de faire mieux.

Pour d’autres, dont Mario Vittone (ancien garde-côte et consultant en gestion de risque aquatique), la sécurité est loin d’être optimale et le peu de morts jusqu’ici est un vrai miracle. Et même si la société investit chaque année plusieurs millions de $ afin d’améliorer obstacles et réactions de son personnel, de nombreux efforts pourraient encore être fait.

Tough Mudder en France

Courant 2013 le site officiel acceptait les pré-inscriptions pour 5 évènements dans l’hexagone courant 2014. En décembre de la même année ces pré-inscriptions ne sont plus possible. Que faut-il en conclure ? Soit que ce n’est plus à l’ordre du jour, soit que des lieux ont étés retenus. En tous cas la version française du site s’affuble d’un « Coming soon ».

Se rendre sur le site Tough Mudder

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr