Récit : Rémi Fantino à la Spartan Stadium Philadelphie

C’est en ce mercredi 11 novembre que je décolle avec ma chérie direction Philadelphie pour une petite semaine de vacance au pays de Rocky et pour participer à la «  Race Stadium series Citizens Bank Park sprint Philadelphia ». Lors de l’embarquement, une fois qu’une poignée de voyageur ce soit installée, l’équipage nous annonce que l’embarquement est terminé que les portes se ferment et que nous allons décoller, l’avion presque pour nous tout seuls nous nous sommes répartis un voyageur pour 4 sièges. Bien installé et après une grosse sieste, je suis arrivé frais et parfaitement calé à l’horaire américaine, une chance et un très gros plus pour la course.

12231198_916885208401322_1865558466_n

Passage obligatoire par le musée d’art pour admirer la très célèbre statue de Rocky et pour faire la montée des marches, nous avions 3 jours pour nous faire plaisir. Au programme : musée des sciences, musée d’histoire naturelle, le zoo, les monuments… Philadelphie est une magnifique ville riche en histoire et en culture. Je vous conseille très sincèrement d’y aller un jour.
Quel effroi de voir à la télé, dans le hall de l’hôtel, un flash sur les attentats de paris en plein décalage horaire sans trop pouvoir avoir des nouvelles de nos proches et essayer de comprendre ce qu’il se passe. La nuit se passe difficilement, forcément. C’est avec émotion que le matin je me prépare, glisse le drapeau français dans mon sac, maquillage bleu blanc rouge sur le visage, logo OCR France sur la poitrine, direction le stade de baseball pour la course.
Il fait froid le soleil se lève, le retrait des dossard est très fluide, petit tour dans le stade pour s’imprégner de l’ambiance et essayer de repérer certains obstacles, tout est démesuré. Le stade est gigantesque.

7h00 : petit footing d’échauffement avec exercices pour échauffer les articulations,
7h10 : je vois déjà plus de 50 coureurs sur la ligne de départ. Suelle montée de stress ! Pourquoi ? Il est quelle heure ? Je zappe l’échauffement et je vais sur la ligne de départ. Là, je comprend que tous ces coureurs partent à la vague de 7h30 mais que nous allons partir toutes les minutes par paquet de 15, ça bouge, ça saute, ça crie dans tous les sens ! Le tri se fait à la tchatche ! ! !

20151118115636(1)

« J’ai fini 1er master la semaine dernière à Boston », « j’étais dans le top 10 l’année dernière à cette course »… Je me faufile et je glisse : « Je viens de France et j’ai participé aux championnats d’Europe et du Monde cette année ». et là : ovation, « Pray for Paris », « Respect », « Be brave »… Ce fut vraiment un grand moment d’émotion et voilà que je me retrouve dans les 15 premiers partants.
J’ai moins de 5 km pour donner le meilleur de moi même et faire le meilleur temps possible car tous les chrono seront cumulés pour un classement général. Nous faisons fasse à peine à 3 foulées que des escaliers arrivent avec des élastiques reliant les rampes : il faudra les monter à 4 pattes.

Après l’hymne national américain, c’est le très célèbre « who am i ? who am i ? i am a spartan, aroo aroo aroo, gooooooo ». La course ressemble plus à un entrainement crossfit qu’à de la course à pied. Avec 22 obstacles pour moins de 5km de course avec des centaines de marches d’escaliers, il faut être explosif, fort dans sa tête mais surtout avoir les yeux ouverts, on est constamment en train de changer de direction, de prendre des virages serrés, il est quasiment impossible de doubler, mais une simple erreur et c’est le coureur précédent qui nous double !

Après un petit kilomètre de course, je suis 5ème. Nous devons faire 20 box jump, je suis sur la même box que Brakken Kraker sauf qu’il fait son 20ème lorsque je fait mon premier saut ! Arrive l’Hercules Hoist (la poulie) aux USA, ça ne rigole pas le poids est plus lourd que moi ! Mais ça fait plusieurs semaines que je ne fais plus que de la muscu du haut du corps. Il doit passer !

20151118120419(1)

Je tire de toute mes forces, le sac se soulève de quelques centimètres, je m’acharne, je continue et là le staff me tape sur l’épaule et me dit « burpees », incompréhension totale… Il y avait une ligne bleue à 1 m de la corde qu’il ne fallait pas franchir mais le poids étant et l’absence de cale, je glissais au sol et l’ai franchi. Je remarque 2 staff sur l’obstacle, 3 go pro sur la zone de burpees, 3 staff avec papier et crayon, la triche est impossible et cela me conforte, je compte à haute voix « one two three… 30 ! » Je repars avec les coureurs de la vague de 7h31, 1 minute est si vite absorbée.

Cela va être très dur de revenir, mais j’ai raté l’obstacle de force mais il me reste la vitesse et l’agilité, je suis tranquillement revenu sur le parcours après 20 slam ball à 25lbs, des palissades, un monkey bar, le Z wall, le sand bag, du 4 pattes et des centaines de marches d’escaliers.

Nous quittons le stade pour une petite portion sur le parking, et là, je vois le javelot, 2ème hantise, le cauchemar de tous les coureurs, une cible minuscule et de grosses rafales de vent. Je me mets en face, je vise, je fais un pas sur la gauche, je ferme les yeux, je lance… c’est dedans ! Je repars à fond les ballons, Je double 6 coureurs, 20 tours de corde à sauter, carry atlas, jerrican, à nouveau des escaliers avant de rentrer dans les couloirs pour finir dans un vestiaire pour faire 20 pompes !

On ressort, dernière ligne droite sur le terrain de baseball, filet de cordes, palissades, montée à la corde et finish au milieu de sacs de frappe ! Voilà, c’est fini, je n’ai jamais eu le cardio aussi haut sur une course. Tout le monde se félicite, l’ambiance est chaleureuse, les staffs sont en or et nous guident, médaille, photo, t-shirt boissons et table des résultats, 5 iPad où l’on pouvait taper notre nom et voir son chrono et son classement, 10ème en 34min15, à coté un staff avec un PC l’athlète à coté de moi repart avec une médaille énorme quadruple Trifecta ! Respect ! Je donne alors mon nom au gentil monsieur qui me remet ma médaille double Trifecta !

S2200012(1)

C’est en rentrant à l’hôtel que je vois sur internet que je suis classé 8eme, 2 coureurs ont du être disqualifiés ou pénalisés suite à des burpees non comptabilisées. Je suis très heureux de cette superbe place et d’avoir représenté la France, dimanche je participerai à la Défi Run à Nice, une course à domicile pour finir la saison et je vais pouvoir prendre un repos bien mérité !

Liste des obstacles

  • Escaliers à 4 pattes
  • Palissade
  • 20 box jump
  • Hercules hoist
  • 25 slam ball 25lbs
  • Monkey bar
  • 4 pattes sous les élastiques
  • Sandbag
  • Palissade
  • Z wall
  • La planche à roulette ! Le principe et de mettre à plat ventre, les pieds sur la planche et marcher avec les mains sur un aller retour de 20 m !
  • Javelot
  • 20 heavy jump rope
  • Atlas carry
  • Jerrican
  • 20 hand release push-up
  • Filet de corde
  • Palissades
  • Montée de corde
  • Sacs de frappe
  • Finish

Les plus

  • Une orga au top
  • un retrait des dossard instantané
  • l’absence de traversée d’eau, de rivière ou de lac !
  • Une très grosse densité d’obstacle
  • Des vagues de 15 coureurs
  • Les obstacles ultra surveillés
  • Des obstacles à poids de corps
  • Classement dispo à l’arrivée

Les moins

Trop peu de portions roulantes, je regrette un 400 ou 1000m pur sur le parking.

Auteur point de vue

Quand la communauté de la course à obstacles s'exprime sur Aroo.Fr

Continuer votre lecture

1 commentaire

  1. Pascal dit :

    ça donne bien envie !!!!

Soutenez Obstacle.fr