Lance Armstrong se lance dans la course à obstacles

Sur la Spartan Race Sprint d’Austin au Texas, notre français Jeff d’Oliveira avait un concurrent pour le moins atypique en la personne de Lance Armstrong.

L’ancien champion cycliste, destitué pour dopage de ses sept victoires au tour de France, était sur la ligne de départ de sa toute première course à obstacles. Sur son compte instagram, il a partagé une photo et cette citation : « En quelque sorte, un plus un égal 180 burpees pour moi. La ville de la souffrance. Je me suis éclaté malgré ça et respect à tous les finishers ».

La course à obstacles est habituée à accueillir des athlètes de haut-niveau dont certains en fin de carrière. Néanmoins la question de la présence en vague élite du cycliste pose des questions sur notre discipline encore jeune et où les contrôles anti-dopages n’ont lieu que dans les grands championnats. Et si sa participation n’est en rien un problème au niveau légal comme le soulignait notre consœur Margaret Schlachter, elle ouvre en grand la porte à un débat sur le dopage dans notre discipline.

Partagez-nous votre point de vue dans les commentaires !

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

3 commentaires

  1. david dit :

    ah oui je comprend, passer les obstacles des contrôles

  2. Fred dit :

    Condamné pour dopage en cyclisme et destitué de ses titres, il me semble qu’Amstrong a payé son dû. Doit-on l’exclure de toutes les compétitions sportives ? Je pense que c’est une conclusion un peu hâtive.
    Le dopage est un mal qui ronge tous les sports de haut niveau, cyclisme, athlétisme, football etc.
    La course à obstacle a pris son envol ces dernières année et le fait qu’un athlète de haut niveau (il n’en reste pas moins un athlète doué même s’il a fait usage de produits dopants) y participe montre l’engouement que ces courses suscitent auprès de tous publics, et c’est un plus !
    Les moyens techniques ayant également évolués, il ne me semblerait pas compliqué d’établir des tests aléatoires et rapides pour les athlètes des vagues compétitives, encore faudrait-il une fédération encadrant le tout.
    Les années à venir verront certainement naître encadrement adapté pour la course à obstacle.
    Sur ce, m’en vais courir ! à+

  3. tielie david dit :

    je trouve cela honteux
    il devrait à jamais etre bani de toute competition sportive

Soutenez Obstacle.fr