Format olympique : un test grandeur nature ?

Ce n’est qu’un test organisé par l’embryon de fédération internationale de courses à obstacles l’IORF mais ce qu’il s’est passé ce week-end à Dallas, au Texas, en marge de la Spartan Race Sprint de l’AT&T Stadium pourrait bien dessiner le futur format de notre discipline pour les Jeux Olympiques. Grâce à Bradley Lyon, nous avons examiné attentivement la vidéo de cette première co-organisée par Spartan Race & la fédération étasunienne de Pentathlon Moderne.

Mise à jour du jeudi 23 juin 2016

La vidéo du parcours par Ian Adamson

Olympic-Format_FR

English version

Le tracé à la loupe

Avec d’une distance d’environ un kilomètre et quatorze obstacles, le tracé est dense et fait la part belle aux franchissements simples propres à Spartan Race. Deux passages sur les Monkey Bars forment, en effet, les seuls obstacles de bras. Ce parcours peut être décrit comme un mélange de Spartan Race et de Pentathlon Militaire.

Une des surprises réside dans l’apparition du Pistolet Laser directement importé du Pentathlon Moderne et plus particulièrement du Laser Run. Cette épreuve de précision utilisant un stand de tir basé sur des pistolets lasers remplace avantageuse le javelot souvent décrié comme aléatoire.

Laser-Pistol-Practice

Le stand de pistoler Laser : image © Mud Run Guide

Et après ?

Ce type de format court est plébiscité par un grand nombre d’acteurs de notre discipline œuvrant pour son développement médiatique. Si les courses de moyennes et longues distances forment le cœur de la course à obstacles, ces formats allant de un à trois kilomètres sont bien plus adaptées aux retransmissions en direct comme nous avons pu le constater lors des BarjoXgames. Après OCR Warrior, l’apparition du format court lors des championnats du monde en octobre prochain, ce nouveau test semble indiquer la direction générale dans laquelle la course à obstacles s’oriente pour s’imaginer aux Jeux Olympiques.

Que pensez-vous de ce format ? Réagissez dans les commentaires !

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

8 commentaires

  1. Ian Adamson dit :

    Idéalement, nous aurions un format de cross-country approuvé. Cette course serait proche des événements existants et de permettre une plus grande flexibilité de la façon dont les courses sont conçues.

  2. Anonyme dit :

    Idéalement, nous aurions un format de cross-country approuvé. Cette course serait proche des événements existants et de permettre une plus grande flexibilité de la façon dont les courses sont conçues.

  3. James dit :

    1 km c’est certainement le format le plus télégénique car comme dans toute bonne pièce de théâtre dramatique il y a une unité de lieu et de temps qui attirera le téléspectateur ! MAIS pensez au tour de France : ça marche même et surtout quand on a des échappées, des coureurs isolés et un peloton qui a faim ! Le tout étalé sur des kilomètres.

    Donc, pour mettre un peu de diversité et d’intensité, un format un tantinet plus long serait souhaitable et éloignera surtout beaucoup moins le public tv de ce qu’il retrouverait Grandeur Nature puisque le but est bien là : assurer la passerelle du canapé aux obstacles 🙂

    Mon humble avis en dehors de ce constat : manque de boue tout ça ! Par ailleurs, la caractéristique de la course à obstacle c’est quand même d’être « hors stade » ! Je suis d’accord avec ce qui a été écrit avant : une des caractéristique de la discipline c’est de reposer sur deux pieds que sont l’endurance et la puissance (particulièrement sur le haut de corps), et là je pense qu’il manque d’une petite démonstration.

    • Ian Adamson dit :

      Je suis d’accord, le format peut être un litle plus, peut-être 2 km avec plus d’obstacles du haut du corps. 2 fois sur Monkey Bars ne suffisait pas. Nous allons ajouter 3-4 plus types d’obstacles du haut du corps test suivant.

      Le format de la piste certainement besoin de plus de diversité et de longueur. Athlétiquement, nous visons un équilibre entre la vitesse, la force, l’endurance, la coordination et la compétence.

      • James dit :

        Oui je comprends c’est un choix : accéder aux olympiades signifie qu’il faut dans une certaine mesure « entrer dans le moule » ! Et laisser la piste propre est plus présentable 🙂 Mais c’est dommage quand même.

        Sur la notion d’équilibre je pense que la polyvalence est aussi une caractéristique de la discipline et que c’est un bon choix.

  4. Ian Adamson dit :

    Nous aimerions avoir des commentaires de tout le monde. Ceci est notre occasion de undersatnd ce que vous voulez changer et pourquoi. Une considération imediate est d’augmenter la longueur et inclure plus d’obstacles du haut du corps. Toutes mes excuses pour la traduction!

  5. Paillet dit :

    Version vraiment courte
    Manque comme même un grimper de corde et du tirage à mon goût
    On perd aussi le côté nature avec du dénivelé, passage d’eau et de la boueet obstacle naturel .
    Attention à ne pas casser ce sport avant tout du côté nature et le faite de courir en extérieur

    • Ian Adamson dit :

      Ce sont de bons obstacles pour la plupart des courses, mais nous avons donné une direction pour créer un nouveau et de nouvelles requiremtnes de réunion de format dans un format de piste pour les stades. Cela inclut mouvement vers l’avant continue, nous avons donc une idée pour une montée de corde qui comprend cela.

      Le premier modèle de test utilise le saut de l’eau utilisée pour steeple (un sport de piste olympique.) Une autre contrainte est la construction rapide et le retrait d’une piste d’athlétisme, de sorte que l’eau est un défi. Si vous avez des idées, s’il vous plaît laissez-nous savoir!

Soutenez Obstacle.fr