Du froid et des betteraves : la 14/18 de Thiescourt

Dimanche 06 novembre a eu lieu la troisième édition de la 14-18, Obstacle d’or en 2015 de la Meilleure Course à Obstacle.

L’engouement pour cette course est tel que tous les dossards ont été vendus au mois de mai dernier en seulement 3 semaines ! Grâce à l’amabilité des organisateurs, j’ai pu me glisser dans la vague élite pour constater ce succès grandissant.

Considéré comme un « Classique » de la course à obstacle en France, elle avait fait l’unanimité chez tous les coureurs en 2015 en rassemblant 4 000 participants sur un événement solide avec des obstacles de qualité.

Cette année 4900 personnes ont pris le départ sur les trois déclinaisons proposées sur le circuit

Vague Élite 11km – 46 obstacles obligatoire et pénalités Résultats Elite

Vague Bargeot le plus de tours du parcours dans un temps limité : 05h30 Résultats Bargeot

Vague Open sans pénalités

Les organisateurs ont annoncé 46 obstacles, en majorité naturelle, répartis sur 11km.

parcours2016-1

 

Le village

Le village de la course était situé au cœur de Thiescourt, on pouvait y trouver un stand buvette restauration, un coin médical kiné massage, des douches chaudes et jets d’eau, un vestiaire aménagé, une consigne, un buffet de ravitaillement, une scène podium, un stand de souvenir et produits dérivés ainsi que plusieurs stands partenaires…

En bref tout le nécessaire pour gérer efficacement le flux des coureurs et leur proposer des conditions de courses idéales !

Le parking gratuit était à proximité du village et bien géré par les bénévoles présents.

Je pense le répéter plusieurs fois mais l’implication et l’efficacité des bénévoles à tous les niveaux ont contribué grandement au succès de cette nouvelle édition.

benevoles

La course dans la vague Élite : Gelées matinales et éclaircies, température au départ  2°C.

Les règles : Les coureurs disposaient de trois bracelets jaunes à découper s’il ne parvenait pas à franchir un obstacle. A la fin du parcours une boucle de pénalité (150m dans une pâture) permettait de récupérer un bracelet.

Des commissaires étaient disposés en nombre pour permettre le contrôle du franchissement et l’application du règlement.

Aucun critère de performance n’a été demandé pour entrer dans la vague de compétition.

Ce système de pénalité en fin de course est à la fois simple et efficace mais il repose sur la bonne volonté des compétiteurs. A noter que le port (obligatoire sur le côté gauche du corps) d’un brassard visible plutôt qu’un dossard ou un numéro inscrit sur la peau permettait une identification pertinente en cas de réticence.

depart

Après un discours des organisateurs, un point sur le règlement, puis un  échauffement collectif la première vague a été lancée dans le brouillard des fumigènes.

Après 300m de course à pied, nous avons franchi la Broyette, le cours d’eau glaciale du village, puis nous avons emprunté un sentier pour faire face au Coupe Jarret (une succession d’élastique à enjamber), ensuite un premier rampé a commencé à découper le peloton des compétiteurs.

En continuant le tracé, nous avons fait face à une première structure en paille à escalader puis une traversée de pneus gelés bien glissants. Après l’ascension d’une petite côte nous l’avons redescendu en utilisant un ventryglisse où l’on finit par glisser sur l’herbe gelée également.

L’escalade d’un talus nous a permis de traverser une zone broussailleuse et revenir sur un sentier en forêt jusqu’au Tango Renversé une succession de quatre plans inclinés disposés dans les deux sens. Après avoir effectué un nouveau rampé sous un tunnel puis franchit une nouvelle structure en paille nous sommes arrivé sur une zone où se sont succédés plusieurs obstacles autour d’un terrain de BMX.

cross

Les obstacles 14 à 27 étaient disposés avec très peu de distance de course à pied et la série a commencé par un nouveau rampé de 30m sous des barbelés on enchaîne avec la descente d’un tuyau en béton, la traversée d’un méli-mélo de tronc d’arbre, franchissement d’une palissade (1m50), un nouveau rampé dans un tunnel, la remontée d’une plateforme de départ de Bmx,  plutôt raide et glissante, un porté de sac, un monkey bar suivi d’un nouveau rampé dans un tuyau aspergé d’eau par des bénévoles… après avoir survolé un fossé à l’aide d’une corde/liane nous sommes retournés dans les bois en passant par les anciennes carrières d’extraction de Thiescourt.

Nous avons enchaîné avec un monté de corde et un pont de singe pour entrer dans une autre partie intéressante de la course : une succession de tranchée et trou d’obus dans une forêt jusqu’à l’Abordage, franchissement d’un filet suspendu. En sortant du bois nous sommes repassé à proximité du parking pour faire face à de nouvelles pyramide de paille et au Moulagaufre un rampé dans l’eau sous une grille en fer. La remontée d’un ruisseau sur quelque mètre nous a conduit vers la Grosse Bertha une structure de bois à escalader, en continuant de courir aux abords des pâtures nous avons fait face à un des obstacles les plus originales de la course, une colossale montagne de betterave à escalader pour évoluer dessus avec le gel.

betterave

En abordant le dernier kilomètre nous avons retraversé une rivière en utilisant une poutre en bois, puis franchi l’obstacle Croix de bois (un épais tronc d’arbre suspendu entre deux portants). Pour finir en beauté un nouvel obstacle de porté d’un gré (caillou de 2kg) sur 50m puis l’ascension d’un nouveau plan incliné aspergé d’eau par les bénévoles enthousiastes !

C’est après ce dernier franchissement que le contrôle des bracelets avait lieu, ensuite un retour sur la route de départ nous permettait de franchir la ligne d’arrivée sous les applaudissements des nouveaux partants…

Conclusion :

Les organisateurs ont tenu leur promesse en proposant un véritable parcours du combattant comportant des obstacles originaux et en optimisant au mieux la configuration du terrain. Malgré le manque de structure et d’obstacles en suspension (Multi Rings / Traverse rope, etc) les conditions climatiques ont accentué la difficulté de la course pour la plus grande joie des participants.

En tant que participant régulier à des compétitions de courses à obstacle, je suis agréablement surpris de constater qu’une organisation indépendante est capable avec l’aide de ses partenaires, de proposer une compétition intéressante et de qualité à un prix plus qu’acceptable pour ce type de format.

La vague Bargeot est également un autre moyen d’amener du challenge aux coureurs habitués au vague classique.

Nous espérons que ce type de configuration pourra s’exporter dans d’autres villes de France.

A la prochaine saison pour de nouvelles courses !

Geoffrey,

D’autres photos de la course

Geoffrey Nicolas

Du fun et de la performance, Geoffrey Nicolas nous partage ses chroniques d'Élite et de membre de la team Pride or Die

Continuer votre lecture