Cap sur les premiers Championnats d’Europe de courses à obstacles

Dimanche 12 juin, à 9h30, s’élanceront les concurrents des tous premiers Championnat d’Europe Indépendants de Courses à Obstacles à Wijchen près de Nimègue aux Pays-Bas. Avec un parcours de 15 kilomètres, des obstacles inspirés des différentes séries de la discipline en Europe : Strong Viking, Toughest, Spartan Race, Tough Mudder, Nuclear Races… mais également quelques exclusivités.  Découvrez les obstacles ›

Sur cette épreuve pas de pénalité, pas d’échappatoires : tous les obstacles sont obligatoires ! La sanction est simple, la perte du bracelet et la sortie du classement général.

Les vainqueurs remporteront l’assiette de la victoire ainsi que 1500 € ainsi que du matériel offert par les sponsors de l’événement.

Les Français

En partenariat avec les championnats d’Europe, nous sommes fiers de vous révéler la liste des français présents lors de cette épreuve dans la vague Élite et les catégories d’âge.

Attention, n’apparaissent dans cette liste que les concurrents ayant donné l’autorisation de communiquer aux organisateurs. Si vous n’êtes pas dans cette liste et que vous êtes inscrits, contactez-nous ›

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

4 commentaires

  1. LEPAUMIER dit :

    Bonsoir,

    Pour votre information Grégoire Rezzonico court pour la France, donc inutile d’ajouter Suisse.

    Merci.

    • Nous avons demandé à Grégoire sa nationalité spécialement pour ces images. Nous avons préparé les visuels en fonction de sa réponse.

      • Lepaumier dit :

        Comme tu le sais sans doute Sébastien, même si on est double nationalités, on ne peut représenter qu’un seul pays lors d’une compétition internationale et Grégoire s’est inscrit et courra uniquement pour la France.

      • Tout à fait, néanmoins il est également nécessaire de prendre en compte une phase de transition de quelques mois lors de ce type de changement pour garder une cohérence et que nos lecteurs puissent suivre l’évolution facilement. Le changement ne méritant pas une brève dédiée.
        C’est la même chose que lorsque que Romain Grosjean est passé du drapeau Suisse au drapeau tricolore, les médias parlaient du Franco-Suisse et ce n’est qu’après plusieurs années que la bi nationalité a été abandonnée dans les couvertures.

Soutenez Obstacle.fr