Après une course à obstacles : le grand lavage

Des montagnes de boue, de la paille, de la poudre de couleurs, des graviers et du sable… Après une course à obstacles, la tentation de jeter ses vêtement et chaussures à la poubelle est grande. Pour ne pas céder, voici nos conseils pour laver efficacement votre équipement après une Mud Run des plus salissantes.

1 : Ne pas céder à la panique Tout va bien se passer

Premier conseil, faire une séance de Yoga avant de se lancer. Le zen est une vertu indispensable face à ces travaux d’Hercule. Si taper dans un punching ball ou faire un trail de 180 km vous défoule également, n’hésitez pas… Du moment que cela reste compatible avec le conseil suivant.

Plus sérieusement, oui, les tenues sont généralement très sales après une Spartan Race, une Mud Day et toutes les courses où il y a beaucoup de boue. La patience sera utile mais, à la fin, vos vêtements seront propres et votre machine à laver n’aura pas rejoint la déchetterie la plus proche.

2 : Ne pas attendre trop longtemps Stop à la procrastination

Plus le temps passe, plus la boue sera difficile à désincruster. Une seule solution pour éviter cela, tout laver et rapidement !

3 : Le strip-tease au jet d’eau Glamour, pas toujours

C’est le dernier obstacle. Celui dont les organisateurs ne veulent pas vous parler. Le tuyau de rinçage qui balance de l’eau froide. Bien fait, ce prélavage vous permettra de mettre vos habits directement en machine après la course sans craindre pour la survie de sa mécanique. Évité, il vous faudra de longues minutes pour obtenir un résultat similaire.

La technique est simple : un passage intégral au jet tout habillé(e), puis on enlève une couche, on passe une nouvelle fois au jet d’eau et on recommence jusqu’à finir en sous-vêtements détrempé(e), congelé(e) mais avec des vêtements rincés.

3/bis : La rivière ou le lac Carte chance

Une rivière avec du débit ou un lac sont présents sur le site de la course alors vous avez beaucoup de chance. Changez-vous et allez rincer vos chaussures et vêtements à grande eau !

3/ter : Le lavoir du village L’autre carte chance

Votre village a un lavoir ? Vous allez pouvoir rincer tranquillement vos affaires après la course. Quoi de mieux que se poser au lavoir après une Ruée des Fadas ou une Frappadingue ? Certes, il y a mieux mais c’est toujours moins cher qu’une nouvelle machine à laver.

4 : L’épreuve de la baignoire Dommage, pas de chance

Pas le temps de rincer sur place ou à grande eau ? Il va falloir vous armer de patience et vous rapprocher de votre douche ou de votre baignoire pour rincer scrupuleusement chaque élément de votre équipement individuellement avant d’enfin pouvoir les mettre en machine. Non, ce conseil n’est pas sponsorisé par le lobby des produits d’entretien de salles de bain.

5 : Et les chaussures Pas de machine

Un bon rinçage suffit pour les chaussures ! Une fois les chaussures sèches, enlevez les semelles, tapez les et le sable s’en ira.

6 : La machine à laver Pas de sous-traitance

Cette étape est un peu honteuse : ne laissez pas votre conjoint ou votre conjointe s’approcher des réglages. Il reste souvent du sable très fin (ou de la couleur) dans les tenues. Il est donc indispensable de laver les habits seuls, sans autre élément.

L’idéal est de mettre un prélavage, un lavage à 30° avec un maximum de rinçages supplémentaires et un essorage entre 800 et 1000 tours en fonction de votre tenue. Le nombre important de rinçages protégera votre machine et faisant partir plus facilement les sables fins.

7 : Attention priorité sécurité

Avant tout lavage en machine et quelle que soit l’insistance de votre entourage, il est indispensable de séparer le coureur à obstacles de ses vêtements. On ne le rappelle jamais assez, un humain ne passe pas en machine.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

1 commentaire

  1. C'est bien d'être bien dit :

    Tiens c’est marrant le coup du lavoir ça me rappelle quelque chose 😉 et plouf… 😀