Pour une commission de discipline

Mardi 6 juin, l’association des coureurs à obstacles Français : OCR France qui représente notre pays dans les instances internationales de notre discipline a pris la décision de publier les noms de cinq athlètes qui, selon leurs informations, auraient trichés lors des Spartan Race de Carcassonne et de Paris avant de se rétracter trois heures après la publication.

La triche est un problème réel. Les juges actuels sont des bénévoles qui parfois découvre leur mission le matin même de la course, ils font un travail de qualité sans avoir toujours les moyens de leur mission. Que ce soit sur les Spartan Race ou les autres courses, il est urgent de mettre en place des juges sportifs qualifiés sur les obstacles posant le plus de problèmes ainsi que des moyens d’identification plus visibles pour les coureurs à obstacles Élites.

Une faute de procédure

Quand une triche est avérée, la publication de celle-ci est une chose tout à fait normal. Dans la majorité des fédérations, celle-ci est la dernière étape d’une procédure commençant par la convocation devant une commission de discipline pour proposer au sportif de s’expliquer des accusations. La sanction au niveau fédéral ne peut être prise qu’après un dialogue argumenté des deux parties. En France, OCR France n’est pas encore reconnu comme l’instance gouvernante de notre discipline. Si une telle procédure existait, les organisateurs seraient donc libres de prendre en compte la sanction émise par l’association ou non.

Pour ce cas, une série comme Spartan Race possède sa propre commission des appels. Après investigations de leur part et vérifications, il s’avère que trois litiges avaient déjà été traités par l’organisation et classés sans suite. Spartan précise également qu’ils n’ont reçu aucune réclamation concernant les deux autres cas.

En publiant les noms des coureurs à obstacles sans les prévenir et sans leur offrir un moyen de se défendre en amont est une faute de la part d’OCR France. L’association a pris la décision de condamner des coureurs à obstacles sans jugement. Lutter contre la triche est indispensable. Dès que les premières mesures seront annoncées, OCR France trouvera toujours un soutien sans faille dans les colonnes d’Obstacle.fr pour défendre le droit à une compétition équitable.

Ne pas céder aux instincts primaires

Mais la lutte contre la triche ne doit pas se faire de façon injuste et primitive. OCR France doit se rappeler sa mission première qui est la défense des athlètes et de la discipline. Les commentaires de la publication ont mis le feu à notre sport encore naissant et fragile et donné une piètre image de notre sport. Avant de tirer quelconque hâtive conclusion sur les réseaux sociaux, il est indispensable de prendre un temps de recul nécessaire.

Pour preuve, un athlète parmi les noms cités nous a fourni deux vidéos :

  • L’une où l’on voit clairement le coureur à obstacles reprendre la course alors qu’un Marshall lui demande d’effectuer une pénalité ;
  • La seconde où l’on entend distinctement dire au coureur de continuer la course, le Marshall ayant fait une erreur de jugement.

Une discussion argumentée avant la publication de ce post Facebook d’OCR France aurait permis d’éviter la mise en accusation de cet athlète qui a fait de la course à obstacles un véritable pilier de sa vie.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr