The Mud Day, Pays d’Aix vu par la Fada-Team

Dans la rubrique Points de Vue, le magazine accueille le point de vue des organisateurs, des athlètes et des passionnés de la course à obstacles. Cet article est rédigé par des membres de l’équipe de la course « La Ruée des Fadas ».

Peyrolles en Provence, le MUD DAY D’AIX !

MUD GUYS, Quel est votre Métier ?

Alors que l’ensemble des concurrents s’échauffent sous le rythme des Coaches d’« Urban Challenge », le son retentit dans la foule : La boue ! La boue ! La boue !

Capture d’écran 2015-04-14 à 23.24.24

La FADA TEAM, Marion et moi-même, est bien présente pour cet événement quelque peu particulier, 15 jours après cette fameuse D-DAY RACE, qui nous a laissé un souvenir encore tout frais. L’esprit du jour est de venir découvrir et se mesurer à la MUD. Aucune volonté de se mesurer aux autres, d’autant plus qu’aucun classement solo ou de binômes n’animera notre volonté de se dépasser en ce jour.

Seul souhait est de se mesurer aux éléments en vu de se préparer aux prochaines courses en vue tout en découvrant l’esprit MUD DAY. Un esprit unique, le MUD, qui n’a nul pareil, aux vues de la communication, des moyens engagés, de l’infrastructure développée.

Et ce qui marque le plus, c’est vraiment en arrivant sur le site, cette grande arche qui laisse entrevoir la zone de départ et d’arrivée, dominée par une colline sur laquelle deux obstacles à escalader nous narguent déjà. Il est 9h10, samedi 11 avril, et cela fait dix minutes que la Vague 0, la vague initiale, a lancé ce weekend end de folie sur les chapeaux de roues ! Pas moins de 35 vagues (un peu plus) s’élanceront, près de 9000 participants attendus, pour un parcours de 13 km agrémenté de 22 obstacles aussi ludique que « maso », aussi terrestre qu’aquatique. Mais ces MUD’STACLES, ne font pas peur à la FADA TEAM !

9h20, les deux cents participants s’élancent dans la Vague 1. Le ton est donné par les premiers mecs. L’objectif de la FADA TEAM est de rester groupé, équipé d’une GoPro pour immortaliser les péripéties du jour.

Capture d’écran 2015-04-14 à 23.36.55

Petit Conseil pratique : Que ce soit sur une RUÉE DES FADAS, une MUD DAY ou une DDAY, quel plaisir de pouvoir voir et revoir, et surtout rigoler en visionnant les photos et vidéos à l’issu de l’épreuve. (Si vous avez cette possibilité). Attention à ne pas la perdre, pas moins de 5 GoPro gisent au fond du lac de Peyrolles-en-Provence !

Comme dans l’ensemble des courses à obstacles, les organisateurs ont privilégié une longue partie courue afin d’étayer le peloton et de permettre à chacun de trouver son tempo. Les pulsations ont le temps de monter, le parcours nous fait passer dans l’eau du lac à hauteur de genou avant de nous faire ramper dans les cailloux, sous les barbelés, dès les premiers cinq cents mètres avant de nous élancer pour près de deux kilomètres de course.

« MUD GUYS Find A WAY, or THEY Make One ».

Au bout de trois kilomètres, les « hostilités » commencent : le MUR, un Under sous-marin dans l’eau froide, re le MUR ! Mais quand on parle de MUR, ce n’est pas la palissade que l’on passe simplement sans difficulté, c’est bel et bien un MUR qui se grandit face à nous, sans marche mais avec d’autant plus un fossé de boue de 50 cm en amont qui empêche le dernier pas d’élan…
Entre MUR et DUR, le fossé lui n’existe pas !

Capture d’écran 2015-04-14 à 23.33.00

Le parcours est très diversifié, non pas par la topographie des lieux mais bien par la multitude des obstacles qui s’enchainent en mettant aussi bien à profit le haut du corps avec le monkey bar, et des palissades que les jambes avec du ramping, des ballots de paille.. (Belle chute de Marion sur cet agrès ! peut être une future vidéo en prime).

Cette première partie, très ludique permet de bien se mettre en jambes pour affronter la SECONDE… Il y a un avant et un après !

Le passage, au cinquième kilomètre , dans le site même d’arrivée, de départ permet aux concurrents de profiter de la présence des spectateurs, des proches, des amis pour un petit coucou ou pour se faire mousser.

Allez les FADAS, allez les FADAS, nous sommes venus incognito mais notre tenue ne trompe pas et c’est avec plaisir que chaque équipe se motive et s’encourage. La course, commence vraiment à partir de là, avec le « désert » de Durance Granulats dans lequel les organisateurs ont eu la bonne idée de créer une atmosphère lunaire, boueuse, traileuse, boueuse, aride, boueuse, avec l’enchainement sûrement en 5 km ( Du 5 au 10) d’obstacles très physique.

D’ailleurs, les participants venaient avant tout pour cela ! Une petite équipe que l’on double qui nous encourage : « Eh les FADAS, vous aussi vous êtes venus pour cela ! ». Venus pour quoi ? Ah ben oui, quand on voit s’élever devant nous ces 4 buttes de Terres, comme un terrain de motocross mais avec la boue entre chaque Buttes.

« FADAS, on l’est comme vous, c’est pour cela qu’on est ici ! Bonne course ! »

La surprise du chef, celle de l’organisateur qui ne cesse de se « moquer » de nous est que passer le quatrième petit mont, et bien on en découvre trois autres que l’on ne voyait pas au loin. Alors certes, en ce samedi matin et avec le flux des participants, le rythme est élevé et bien plus facile qu’il ne le sera dans l’après midi où certaines équipes passeront plus d’une heure dans la mélasse, la boue, la MUD, la vraie !

Capture d’écran 2015-04-14 à 23.45.10

Quelques minutes se sont écoulées, on croit en avoir fini avec la boue mais c’est un obstacle original qui se dresse devant nous : Les tuyaux. De gros tuyaux environ un mètre de circonférence, placés à mi-hauteur qu’il va falloir escalader… Seul souci c’est que les appuis n’existe pas ! La moitié des corps de participants est dans la boue jusqu’à mi cuisses pour les plus grands. Pour les plus petits comme Marion (1m66), la seule technique est celle de la courte échelle… Pour ma part, un peu d’agilité et de « souplesse ».

Entre chaque tuyau, c’est un véritable bain de boue qui nous accueille à bras ouvert. À la sortie de cet obstacle, il n’est pas très évident de reconnaître ses coéquipiers. Encore un obstacle, dans lequel les fous rires et la cohésion entre équipe laisseront des souvenirs plus qu’hilarants dans la tête de l’ensemble des participants de ce weekend.

D’un point de vue organisation et logistique, pas moins de 3 ravitaillements sur l’épreuve sans compter le Banquet final. Certes, on est pas venu pour manger mais que ce soit des bananes, à boire ou encore une boisson pour nous donner des ailes, tout le monde a eu la possibilité de se rafraichir de ces premières chaleurs.

Capture d’écran 2015-04-14 à 23.31.33

Malgré tout avec Marion, nous retiendrons chacun que notre Gel STC Overblast Nocramp, au goût Cola, aura eu raison de nous pour nous permettre de terminer ce parcours semé d’embuches… Je crois que cela n’a pas été le cas pour tous… Certains pourront en témoigner.

Le retour se fait lourd avec cette mélasse qui pénètre dans le moindre centimètre carré de nos vêtements, de nos ongles, de nos cheveux, de nos oreilles, de nos baskets… On approche de la ligne d’arrivée mais les organismes vont encore être mis à rude épreuve avec les murs toujours aussi haut, les « crawling time », les décharges électriques mais aussi et surtout ce fameux FREEZE MY MUD.

Concept assez original et interactif que l’organisation a mis en place avec le nombre de partages sur Facebook. Il y a eu 519 partages de l’obstacle Master Freeze by Columbia, ce qui nous a valus de traverser un bac de boue à 6°C… Très « origi-glacial ».

La ligne d’arrivée pointe son nez, l’effort se termine, la FADA TEAM franchit la ligne en 1h32, le sourire aux lèvres et content de s’être amusé autant sans particulièrement chercher la performance. Pas de notion de classement, ni de concurrence car seul les équipes de 4 pouvait prétendre à un MUD CHRONO.

On ne peut que féliciter l’organisation, pour son travail, même si on sait que ASO n’a plus rien à prouver en terme de logistique ou d’événementiels.

Les plus

  • Un site unique dans le Sud de la France, avec les premières belles chaleurs du printemps.
  • Des obstacles très physiques autant cardio, jambes, que bras et qui ont du laissé des courbatures aux néophytes
  • Les pancartes humoristiques sur le parcours pour amuser les MUD GUYS
  • Un site Départ/Arrivée/Douche/Partenaire/Dossard/Vestiaires très bien aménagé et non loin du parking.
  • Le sourire de chaque concurrent à l’arrivée
  • L’échauffement d’Urban Challenge
  • Le Tee shirt et la médaille de Finisher à l’arrivée, accompagnée de la MUD BIERE !
  • Un présence constante et souriante des MUD bénévoles , omniprésents et toujours au top pour les MUD RACERS.

Les moins

Il n’y en a pas vraiment. Chacun aurait un petit quelque chose à dire sur les couts, les
classements, les obstacles, le nombre de kilomètres mais au final, une Super épreuve qui a comblé 9000 participants ce week end.
MUD GUYS, quel est Votre métier ?La boue, la boue, la boue….

Nous ne sommes pas MUD GUYS, nous sommes FADAS et il fallait être un peu FADA pour venir avec mental, force, plaisir et endurance au bout de ses 13 kilomètres.

Marion LORBLANCHET et Jérémy L’HOTE

Auteur point de vue

Quand la communauté de la course à obstacles s'exprime sur Aroo.Fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr