Survival Run : « une course incroyable »

Sèb Desbenoit : Alors Martin, ce premier Survival Run ?

Martin Perrier : Incroyable ! Cette course est juste incroyable. L’environnement, la culture, les coureurs, les challenges, les volcans… tout est hors normes !

Sèb Desbenoit : Peux-tu nous expliquer en quoi consistait la course cette année ?

Martin Perrier : On a commencé par un challenge par équipe pour simplement obtenir son dossard et démarrer la course! Par équipes de 14 ou 15, il nous fallait transporter des bambous de 6 m sur 3 km puis construire un radeau pour transporter deux rochers vers une île à 400 m pendant que d’autres creusaient dans la plage ou parcouraient un labyrinthe de palmiers pour retrouver les pièces d’un puzzle à reconstituer ! D’ailleurs, j’en ai profité pour me couper la main à la machette alors que la course n’était même pas encore commencée… bon je n’y pouvais rien, la lame a traversé la protection qui était censée être faite exprès ! Mais toujours est-il que mon short et ma trousse de survie étaient plein de sang après même pas une demi heure ! Bref, on obtenait ensuite nos dossards et notre oeuf, que l’on doit présenter intact à chaque checkpoint pour rester dans la course (s’il se casse, ok doit se débrouiller d’une quelconque manière pour en récupérer un intact avant le prochain checkpoint !). Ensuite seulement la course commençait, avec notamment un sac de bananes de 15kg à porter jusqu’à nouvel ordre… en l’occurrence il fallait grimper le volcan Concepcion (1600m) et le redescendre avant de pouvoir lâcher les bananes, ce qui représente au moins 6h à porter les bananes pour les plus rapides ! Seulement 17 coureurs sur 60 ont fini la descente dans les temps.

22h30-Volcan

Sèb Desbenoit : En effet, il y a eu du dégât… mais tu t’es plutôt bien débrouillé sur cette partie, non ?

Martin Perrier : C’était extrêmement dur car il faisait plus de 30 degrés et il n’y avait aucun point de ravitaillement en eau pendant plus de 6h. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’être dans la première équipe à terminer le team challenge et donc de partir le plus tôt vers le volcan. Ensuite durant l’ascension j’ai essayé de faire le moins de pauses possible et de garder un rythme soutenu, ce qui m’a permis d’arriver en bas du volcan à la deuxième place ! En ayant entre-temps réussi mes deux tirs au lance-pierres, j’avais les 3 premiers bracelets et le morceau de médaille FAIL en poche (on obtient les morceaux de médaille seulement en ayant à chaque fois le nombre de bracelets suffisants) avant de continuer la course aux côtés de Johnson Cruz, légende locale de ce Survival Run.

Martin au lance-pierre

Martin au lance-pierre

Sèb Desbenoit : Ensuite la nuit est tombée et ça s’est compliqué pour toi sur le challenge suivant…

Martin Perrier : Oui en effet. Je suis arrivé au bucket carry à la deuxième place ex-aequo avec Johnson mais quand lui n’a passé « que » 40 minutes à transporter les 10 seaux de sable nécessaires sur la distance, il m’en a fallu plus du double! J’ai quitté ce challenge vers 20 h en 7ème position (catégorie hommes individuel) et en compagnie de mes amies canadiennes Morgan McKay et Hélène Dumais, qui étaient à la lutte pour la 1ère place féminine.

Sèb Desbenoit : Quels ont été les challenges suivants ?

Martin Perrier : D’ici, on a bien passé 1h30 de plus à courir en passant par une colline avant d’arriver sur la plage où un défi particulier nous attendait. Sous les instructions d’un artisan local, il fallait utiliser notre machette (élément obligatoire pour démarrer la course) pour graver un morceau de roche volcanique et lui donner le relief des deux volcans de l’île, Concepcion et Maderas. Une fois la gravure étant jugée satisfaisante par l’artisan, on obtenait un bracelet avant d’aller nager vers une bouée à 300m de la rive pour récupérer encore un autre bracelet. Après une heure de course supplémentaire, j’arrivais avec Morgan et Hélène à un checkpoint ou l’on obtenait après 14 h de course le second morceau de médaille le « I » (j’avais alors 6 bracelets sur 6 possibles).

7h05-Martin-et-la-Poule

Sèb Desbenoit : Le prochain défi est assez intéressant… Qu’est-ce que c’était que ce poulet ?

Martin Perrier : Défi typique de la Survival Run et de sa forte identité locale propre à Ometepe, la course au poulet est toujours très attendue des coureurs. On récupère un poulet vivant que l’on doit garder avec nous jusqu’à nouvel ordre, sans le blesser ou le perdre bien entendu ! En l’occurrence, on a du le transporter pendant plus de 7km ! Soit une bonne heure et demie car à ce moment de la course et avec un poulet sur les bras, on marche plus que l’on ne court…

Sèb Desbenoit : Ensuite, c’est le retour sur la plage aux deux tiers de la course déjà ! Comment te sens-tu à ce moment là ?

Martin Perrier : Je dépose mon poulet sur la plage de Santo Domingo (ligne de départ et d’arrivée de la course) et j’ai le plaisir d’y voir mes trois potes de voyage, Alex, Corey et Michael qui m’attendent à 2h du matin pour m’encourager (Mike et Corey n’ont pas atteint le sommet du premier volcan dans les temps et Alex a pu terminer la descente et obtenir la médaille FAIL avant d’être hors délais). Je récupère le bracelet pour le challenge du poulet puis le suivant dans les arbres qu’il fallait atteindre en utilisant son tronc en bambou. J’en suis à 8 bracelets sur 8 et déjà assuré de gagner la médaille DID en arrivant plus tard au checkpoint, et je suis confiant car j’ai une heure d’avance sur la deadline et même si mes pieds me font mal, j’ai encore de l’énergie et n’ai aucune intention d’arrêter ! Malheureusement, je n’atteindrai jamais le prochain checkpoint…

Sèb Desbenoit : Raconte-nous ce qui s’est passé à ce moment-là ? Comment ta course s’est terminée ?

Martin Perrier : En quittant le dernier checkpoint, je suis censé porter le tronc de bambou de 6 m pendant 2 km sur la plage jusqu’à atteindre les rochers, où je verrai une « structure en ciment » qui m’indiquera le chemin à suivre par la suite. Je me mets donc en route, à la poursuite de Morgan et Hélène qui ne sont visiblement que 15 minutes devant. Je fais les 2 km à bonne allure avec ce tronc en équilibre sur mon épaule et j’atteins la rive rocheuse. Ici, aucune structure en ciment mais simplement un ruban blanc qui semble indiquer un chemin à travers les rochers qui a l’air extrêmement dangereux à emprunter avec un bambou de 6 mètres. Je passe un peu de temps à regarder autour de moi pour être sûr qu’il s’agit du bon chemin, je crie alentour pour éventuellement trouver quelqu’un mais il est 2 h du matin, sur une plage déserte sans la moindre lumière à moins d’un kilomètre et avec le bruit des vagues qui s’éclatent contre les rochers. Sans trop savoir quoi faire, je m’aventure dans les rochers, parfois au sec, parfois à la nage, avec souvent la peur d’être envoyé contre un rocher par une vague un peu trop menaçante. Au bout d’une grosse demi-heure et une sacrée distance, je vois les rubans blancs partir vers la forêt donc je les suis pendant 200 m avant qu’ils ne disparaissent. De là, je ne savais plus quoi faire du tout, j’étais perdu tout en ayant suivi les indications ! J’ai passé près d’1h30 à essayer de retrouver mon chemin mais sans succès, ce qui m’a fait rater la deadline de 3h30 à la prochaine étape. Et il s’avère que les indications avaient été altérées par quelqu’un mal intentionné, peut-être simplement pour faire une blague mais qui au final a coûté, à Morgan et moi, l’occasion de finir la course la plus incroyable qu’on ait jamais faite… C’était vraiment injuste que la course s’arrête comme ça après 18 h d’effort et juste avant le 3ème morceau de médaille mais il n’y avait pas grand chose à y faire malheureusement.

Martin se re-concentre après 14 heures de course

Martin se re-concentre après 14 heures de course

Sèb Desbenoit : C’est vraiment dommage en effet… mais tu peux tout de même en tirer un bon bilan non?

Martin Perrier : Oh oui, tout à fait ! Je suis incroyablement satisfait de cette course et de ma performance (seulement 5 hommes et 1 femme sont allés plus loin que moi dans les catégories individuelles). En n’ayant quasiment pas couru en 2015, je ne m’attendais pas du tout à faire aussi bien !

Sèb Desbenoit : Et alors, ce « Devil’s Double » ?

Martin Perrier : Finir le Survival Run puis le 100K deux jours plus tard est un challenge complètement fou. Johnson Cruz et Hélène Dumais l’ont réussi cette année, chapeau à eux ! Moi, je m’étais inscrit au 100K pour ne pas avoir de regret si mon Survival s’arrêtait rapidement, mais avec 18h de course le mercredi, un 100K le samedi s’annonçait difficile. Et si mes jambes étaient en forme samedi matin, ce sont mes pieds qui n’ont pas tenu le coup. Ça faisait au moins un an et demi que je n’avais pas fait d’efforts d’endurance aussi longs et mes pieds n’en avaient plus l’habitude, les nombreuses ampoules et autres ongles décollés m’ont fait arrêter le 100K cinq minutes après le départ, avec un peu de frustration mais sans aucun regret.

Medal

Sèb Desbenoit : Félicitations pour cette semaine en tout cas ! Vas-tu y retourner l’année prochaine ?

Martin Perrier : Je vais sûrement retourner à Ometepe l’année prochaine, oui ! Car je pense vraiment avoir une chance de terminer le Survival Run si je m’y entraîne spécifiquement. D’ailleurs je recommande chaudement cette course donc j’invite tous les amateurs d’aventure et d’extrême endurance à venir avec moi en 2017 !

Sèb Desbenoit : Et te verra-t-on un peu plus sur la scène OCR européenne cette année ?

Martin Perrier : Oui sans aucun doute! Cette semaine m’a vraiment donné envie de m’y remettre sérieusement cette année. Je vais faire beaucoup d’ultra trails, retourner à Vegas pour mon troisième World’s Toughest Mudder mais aussi essayer quelques courses à obstacles en Europe comme Toughest, Nuts Challenges ou l’Ultra Beast en Slovaquie pour n’en nommer que certaines. Et je cherche des gens avec qui courir et voyager donc n’hésitez pas à me contacter sur Facebook notamment ! (Via Spartin Perrier ou Spartin, The French Spartan).

Martin Perrier

Spartin Perrier est un des meilleurs coureurs à obstacles français : vainqueur de la Reebok Spartan Race Beast à Hawaii et un de nos représentants lors des OCR World Championships.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr