Spartan Race Valmorel: une expérience à vivre

Après quelques mois de préparation, me voilà de retour sur une course à obstacle. J’ai opté pour un peu de changement cette année puisque j’ai intégré la Team Pride Or Die OCR et j’ai pris un coach spécialisé , Arnaud Jacquot . J’ai aussi décidé de varier les plaisirs en répartissant ma saison entre trail court, ocr et 10km route.

Revenons à la course qui nous intéresse ! Ainsi pour partager un week-end sympa avec mes amis, je m’étais inscrit sur la Spartan Race sprint de Valmorel . Dès l’arrivée dans la petite station, j’ai été séduit par les magnifiques paysages enneigés. Tellement dépaysant pour le breton mayennais que je suis !

Le samedi, j’ai suivi et supporté du mieux que j’ai pu mes amis Greg, Arnaud, Carole et Carla qui courraient la super. J’ai ainsi pu reconnaître une grosse partie du parcours en encourageant cette dernière. De plus, je savais en venant que le terrain ne jouerait pas sur mes forces et je n’ai pas été déçu ^^. Des belles montées, des descentes  » toboggans » dans des rigoles gelées, des appuis difficiles et très peu de sections de courses à pied. On va bien s’amuser ! Par ailleurs, nous logions dans le village de Valmorel et tout était facilement accessible à pied. Au retrait des dossards, le pack comprenait la puce à fixer au poignet, le bandeau et une barre de céréale. J’ai trouvé ça mieux organisé que les années précédentes et les passages étaient rapides. Je prenais le départ de 9h15 en vague compétitive. Cette année, une équipe de marshall emmenée par Bruno Mathias allait veiller à ce que les règles soient bien respectées avec notamment la présence de caméras: je salue sincèrement les efforts de Spartan à ce niveau. Bravo !


Ça y est il est l’heure pour moi d’y aller et je me place en première ligne. Je prends un départ rapide et les appuis sont plutôt bons dans cette neige tassée par les coureurs précédents. Je vire ainsi en tête avant d’entamer la longue montée en single trail : au moins je n’ai pas été gêné. Je gère ma montée et déjà une dizaine de coureurs me dépassent.

Les murs en dessus-dessous et le mémory code arrivent assez vite puis c’est au tour du filet de corde. Il y a vraiment très peu de moments de récupération car tout s’enchaîne très vite. Pour l’obstacle suivant, les participants devaient constituer une boule de neige pour la lancer sur une cible minuscule située à 12m de l’autre côté d’un torrent. La première difficulté aura été de faire le projectile tellement la neige s’effritait. J’ai visé et lancé aussi fort que j’ai pu mais c’est lamentablement tombé 1m en dessous. Direction la burpee zone pour exécuter ma sentence. Le cardio est au taquet….il ne redescendra pas de la course. Je repars assez vite et j’empreinte en glissade comme je peux les rigoles gelées en mode toboggans sur une jambe au sol :les hanches et les mains prenaient chères à chaque fois mais bon on est coureur à obstacle ou pas ?^^.

Derrière, je descends à l’aide d’un filet de corde dans un ruisseau. Presque arrivé à la fin, je glisse sur un caillou et chute dans l’eau gelée jusqu’au torse. J’ai la respiration coupée et je suis instantanément saisi. Je sors de là aussi vite que possible mais le mal est fait…je suis frigorifié. Heureusement que j’ai opté pour un lycra de surf manche longue. Ça m’a sauvé ! Je fonce comme je peux dans la descente pour passer les murs inclinés et la haute palissade en bois. Il était difficile de dépasser sur le porté du sac mais j’ai réussi à reprendre 4 coureurs. Les organisateurs avaient eu la gentillesse de nous mettre une poutre verglacée à franchir avec le sac de 20kg …Oh mais quelle gentille attention;-) Bref comme pour le lancer de boule de neige, ce fut ici aussi une hécatombe et quasi tout le monde se retrouva ventre au sol. Je relance assez vite dans la descente : je suis d’ailleurs super content des sensations en run. Merci Coach Arnaud pour la belle préparation qui paiera dans la saison ! Encouragé par mes amis qui sont omniprésents sur le parcours, je suis galvanisé et je donne tout…peut être un peu trop. Ainsi, je manque de lucidité sur le z wall (le mur d’escalade horizontal) et mon pied glisse rapidement. C’est reparti pour 30 burpees supplémentaires. Je commence à fatiguer avec toutes ces pénalités et l’intensité que je tâche de maintenir élevée pour moi. Je peine dans la montée qui suit et mon coach me pousse à toujours courir. La course est très courte donc je donne tout. Je tire le pneu avec la corde assez facilement et je me dirige vers la slackline , obstacle que je franchis à 100% chez moi….Au 2/3, mon pied dérape sur la sangle gelée et je me retrouve au sol…

Après mon 120 ème burpees, j’accélère difficilement dans la descente. Peu après, je restitue le bon code et je cours dans la montée finale vers le rig que je franchis sans encombre.


Je rampe vite sous des voitures au coude à coude avec d’autres coureurs dont Elias Gebarra avec qui j’aurai fait une bonne partie du parcours, puis je fonce vers la ligne d’arrivée avant de m’effondrer exténué mais fier de m’être battu jusqu’au bout sur une course qui ne me convenait absolument pas. J’ai vraiment été dans le mal tout du long finalement et je me suis totalement dépassé. Ainsi, je finis cette sprint en 1h05 à la 16ème place de ma classe d’âge, à 6 places de la qualification pour les Spartan Europe mais qualifié pour les OCR WC d’octobre. J’ai pris 2 pénalités de trop tout simplement ! Pas grave, ce n’est que partie remise : il y aura d’autres essais !

 

Les gladiatrices nous remettaient les belles médailles de cette édition winter ainsi qu’une couverture de survie et le tee shirt finisher. A ce moment, j’étais frigorifié et je tremblais beaucoup. Les vêtements de mes amis et les grosses lampes chauffantes m’ont permis d’éviter l’hypothermie. Pour le ravitaillement de fin, des boissons chaudes, des fruits et des gâteaux étaient prévus. A noter qu’une remise des récompenses avaient lieu au centre du village le soir à 19h. L’ambiance y était sympa.

 

J’ai moins aimé

Le froid, les passages dans l’eau et tomber dedans ^^, faire 120 burpees (c’est le jeu…), les rigoles gelées, beaucoup trop de singles, trop peu de surfaces où on pouvait réellement courir sans risquer de se faire une cheville mais bon je le savais en venant.

 

J’ai aimé

Le soutien de mes amis et de mon coach, la densité d’obstacles, la médaille et le tee shirt finisher, le sérieux des marshalls et la présence de caméra, la meilleure organisation dans sa globalité, revoir tous les racers, l’arrivée de Chronotrack au chronométrage et du classement précis et instantané,….

 

Bilan

Cette Spartan Race très particulière est à faire au moins une fois pour profiter du cadre magnifique et passer un bon week-end entre amis.

 

REMERCIEMENTS

Je remercie ma nouvelle team ocr Pride or Die pour l’accueil, mon coach Arnaud Jacquot pour les conseils, la préparation et le soutien, mes amis Carla, Grégo et Carole pour le super séjour et les encouragements. Wayne Wonka et Loic Grignon pour les vidéos sur la course et les personnes qui m’ont encouragé .

Je remercie également mes partenaires l’Orange Bleue Mayenne et la Mayday53 (course ocr le 1er avril à Mayenne).

Je salue ma famille ainsi que tous les racers présents à Valmorel et les gens qui me soutiennent.

Je félicite Arnaud pour sa seconde place master, Etienne pour ses 2 secondes places ainsi que les filles Carole et Carla pour leurs qualifications Spartan Europe. Bravo !

Pour ma part, mon prochain rendez-vous sportif est un trail de 25km en bord de mer le 11février.

D’ici là : ENJOY;-)

Mathieu Claustre

Quand il n'enseigne pas en école primaire, Mathieu est obstacle racer et il nous fait la joie d'être chroniqueur pour obstacle.fr

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr