Les Français à l’assault des championnats d’Europe de Spartan Race

Dimanche 6 septembre à 9h00 sera donné le départ des Championnats d’Europe de Spartan Race à Tatranska Lomnica, une station de ski du Tatras en Slovaquie. Si les détails comme la distance et le nombre d’obstacles de cette compétition ne sont pas encore connus, nous pouvons néanmoins nous supposer que la difficulté devrait être supérieure à celle d’une Beast soit plus de 20 kilomètres et 40 obstacles.

© Google Earth

© Google Earth

À la rencontre des Français

Pour parler de la course, nos élites sont les personnes les mieux placés. Nous avons interrogé Amélie Soulie-Leung, Bastien Bravais, Hugo Steiner, Maximilien de Haro et Remi Fantino qui représenteront la France.

Amélie Soulie-Leung

Amélie Soulie-Leung

Sèb, Obstacle.fr : Amélie, Bastien, Hugo, Maximilien et Remi, vous allez représenter la France aux Championnats d’Europe de Spartan Race. Êtes-vous prêt ?

Amélie : Prête à courir une Beast : oui, les championnats d’Europe… On verra au moment, j’ai surtout peur de me re-blesser.

Bastien : La question doit être « suis-je prêt », apparemment… je pense que oui même si mon boulot ne me laisse pas assez de longues nuits comme j’en aurais besoin. Plus sérieusement, comme on dit « j’ai fais le boulot ». Maintenant, on verra bien. Le niveau doit être vraiment relevé mais il ne faut pas faire de complexe d’infériorité, les frenchies peuvent être au niveau, j’en suis sûr! Certes il y a des extra terrestres comme le Jon (Albon), ses perf en skyrunning lui permette de louper un obstacle sur deux et arriver quand même devant, après derrière ça sera la guerre.

Hugo : Prêt, je ne sais pas… beaucoup de restaurants et boissons cet été… mais un trail dans les alpes en août, un peu de surf et un triathlon distance olympique, le weekend dernier donc je ne suis pas au plus bas de ma forme non plus.

Maximilien : Prêt ? ? ? Mais à quoi au juste Seb ? À courir dans un endroit magnifique préservé de la folie des hommes (pour le moment , tout en ayant l’honora de représenter les couleurs de notre patria, on ne peut que être prêt et fier, on s’est pas tapé 2000 mille bornes paquetage au dos pour enfiler des perles !
De plusn le diable marche avec nous, ça c’est sur. Maintenant si un petit ange se pose sur l’épaule de l’un d’entre-nous alors la performance suivra quoi qu’il arrive pour les autres, on aura fais le job donc zéro regrets. Peu importe ma place je la respecterai. Idem pour les poto frenchy (forza à eux) !
À mon sens, la victoire n’est qu’éphémère. Le plus important et honorable, c’est d’avoir signé présent sachant qu’il y aurait bien meilleur que nous. Ça pour moi, c’est la victoire pour ceux qui ont osé faire le déplacement et de plus on a une guerrière à nos côtés sans doute notre ange gardien !

Rémi : De mon coté, je suis prêt comme toujours à représenter la France, prêt à me faire plaisir, la préparation est là, j’ai allongé les distances de mes sorties running et fais un maximum de préparation en montagne, après on ne connait ni le parcours, ni la distance exacte et pas moins lesdits obstacles. Tout sera dans la tête avant tout, positif au départ et arriver satisfait et vidé à l’arrivée

Rémi Fantino

Rémi Fantino

Sèb, Obstacle.fr : Qu’attendez-vous de ces championnats ?

Rémi : Cet événement sera avant tout un test avant les championnats du monde, l’année dernière après 4h de course j’étais vidé, il m’a fallu 2h pour finir les derniers km en échouant à la quasi totalité des obstacles restants, je l’ai dit : je reviendrai en 2015 et je l’encaisserai. L’occasion de courir avec les meilleurs athlètes d’Europe prendre une belle baffe et encore plus m’entrainer pour combler les lacunes que ce sport tellement complet nous met en face !
C’est aussi l’occasion de faire une beast trop peu nombreuses sur le sol européen et de découvrir un pays que je ne connais absolument pas.

Amélie : De découvrir les courses et les athlètes européens !

Bastien : J’espère que le championnat sera à la hauteur d’un championnat d’Europe (obstacles, parcours, organisation). Et quoi qu’il en soit ce sera une bonne préparation pour les mondiaux.

Hugo : Découvrir l’Europe de l’Est que je ne connais pas du tout – rencontrer, découvrir et affronter les meilleurs athlètes

Maximilien : Qu’elle soit endiablée, torride qu’elle nous donne le goût du sang dans la bouche et qu’elle nous procure un orgasme comme jamais !

Maximilien de Haro

Maximilien de Haro

Sèb, Obstacle.fr : Alors, comment trouvez-vous Tatranska Lomnica, le lieu de la course ?

Maximilien : Les lieux sont magnifiques, certes. Mais ils n’ont rien à envier à nos belles Alpes du Sud (notre maquis du Mercantour). Pour ma part, je me suis réfugié dans un petit refuge à 2100 m puis dans un autre à 1750 m pour rester dans ma bulle et être un maximum en osmose avec la nature tout en bénéficiant des bienfaits de l’altitude mais le parcours nous réserve bien des surprises, je pense !

Rémi : J’ai trouvé le lieu de la course en tapant sur Google Map ! Sérieusement après 24h sur le site, le parcours me rassure : il fait 25 degrés et nous sommes à 800m d’altitude. Le point le plus haut de la course à 1 200m, je me sens chez moi. C’est rassurant mais les autres athlètes ne nous ferons pas de cadeaux ! Cela ressemble vraiment aux Alpes françaises : beau, nature, verdure, chalets de montagne, le paradis du sportif.

Amélie : Je ne suis pas arrivée, je m’attends à de la montagne et je me demande juste si la course sera faite de pistes de ski de haut en bas, ou un tracé plus recherché.

Bastien : Je ne suis pas encore sur les lieux de la course et je pensais que seul le « slovakistanais » existait grâce à Stach-stach et M. Youn. En tous cas, sur les photos de présentation du site, je pense que je vais adorer !

Hugo : Le lieu semble challenging : beaucoup de dénivelé et milieu très naturel, une belle aventure en ligne de mire.

Hugo Steiner

Hugo Steiner

Sèb, Obstacle.fr : Un drapeau français dans les bagages ?

Hugo : Je n’ai pas de drapeau français, mais le t-shirt French Frogs OCR et le sweat qui reflètent également le drapeau français : histoire de bien de me faire repérer.

Maximilien : Perso : tatoué à l’encre sur mon bras droit et marque au fer rouge dans mon cœur. (éducation militaire oblige).

Rémi : Toujours ! Merci à la mère de ma femme qui me l’a procuré. Il aura un pays de plus dans les pattes !

Amélie : J’ai un drapeau tricolore… Quelque part ! Je l’apporterai si j’arrive à y mettre la main dessus d’ici demain… (On y croit!)

Bastien : Je n’ai pas de drapeau avec moi, mais j’ai un t-shirt superman et Bruno (Matias) dans mes bagages et un peu de maquillage pour me colorer en bleu-blanc-rouge.

Bastien Bravais

Bastien Bravais

Sèb, Obstacle.fr : Avez-vous des sponsors à remercier ?

Bastien : Des tas de sponsors : ma femme et sa patience (et son soutien bien sur), mes amis « sponsors » qui vont m’aider pour partir aux US, les potes de taf qui se foutent de moi avec mes pauvres charges à la muscu mais qui rigolent moins quand je suis sur le tapis de course, mais surtout : Philippe et son magasin Rando Running à Bourgoin, la salle de sport de l’Isle d’Abeau et Gregory magasin Nutrinium Tours. Enfin mon petit chien fidèle partenaire d’entrainement !

Hugo : Reebok – Dédicace à la team French Frogs

Maximilien : La Mama, mon microbe, ma pineco, oackley, drift, nutrisport frejus, altitrail frejus et Reebok.

Rémi : Pas de sponsors, j’ai mieux une femme qui m’aime et me soutient, des partenaires d’entrainements avec qui on en bave à chaque fois et mon coach léo besombes : un maitre en la matière, un merci à ma maman, derrière l’athlète se cache toujours de super personnes dans l’ombre.

Amélie : Team French Frogs / Team 300 3-seconds et “Special thanks to Jesse and Benjamin for their support”.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr