Rencontre avec Guillaume, super mud guy

Deux Super Mud Guys ont terminé l’intégralité des courses à obstacles de la série The Mud Day en 2014. Rencontre avec Guillaume Gracieux est l’un de ces Super Mud Guy.

Aroo : Qu’est-ce qui te passionne dans la course à obstacles ?

Guillaume : Initialement, j’ai commencé les courses à obstacles pour le défi sportif : une course pas trop longue et des obstacles très différents les uns des autres ça me correspond bien comme challenge.
Mais très vite, c’est l’esprit de convivialité et d’entraide qui m’a séduit. Tout les participants sont dans le même bateau et tentent de venir à bout des épreuves. Forcément, ça rapproche et tout le monde s’aide à passer les obstacles !

Aroo : Pourquoi avoir choisi The Mud Day comme série de course à obstacles ?

Guillaume : Sur les différentes courses que j’ai pu faire en 2013 et 2014, les épreuves de « The Mud Day » sont celles que j’ai préférées. Les obstacles sont plus travaillés : ils sont intéressants et diversifiés tout en restant accessibles à tous. Les plus difficiles, comme le « Tarzan style » (des cordes pendent d’une structure en bois afin de traverser une piscine en mode tarzan, le cri en moins) sont adaptés avec des cordes de différentes tailles afin que tout le monde puisse franchir l’obstacle. En plus, entre les différentes éditions de nouveaux obstacles apparaissent en fonction du terrain (lac, colline, champ de mais, …) et les classiques restent. Ça donne des courses toujours différentes avec des obstacles variés donc pas de risque de s’ennuyer.
D’un autre côté, je me suis aussi inscrit à toutes ces courses pour le challenge. J’avais besoin d’un défi en 2014 et ces éditions du Mud Day ont été une très bonne occasion.

Aroo : J’entends beaucoup crier la boue, la boue, la boue au lieu de Aroo, Aroo, Aroo sur les Mud Day…

Guillaume : C’est vrai, les organisateurs ont adapté le célèbre cri guerrier. Surement pour mieux coller à l’environnement.

Aroo : Qu’attends-tu de la saison 2015 ?

Guillaume : Je vais essayer de diversifier les courses. Je m’essaierai à la Spartan et à d’autres courses à obstacles qui naissent un peu partout.
Bien entendu, je suis déjà inscrit aux deux éditions du Mud Day annoncé pour le moment (notamment celle annoncée en Espagne pour me mesurer à nos voisins du Sud) mais je ne vais probablement pas toutes les faire. Quoique, cela pourrait être un nouveau défi : rester le dernier à les avoir toutes terminées…
Parallèlement, je vais apprendre à nager pour voir si je peux attaquer de très petits triathlons.

Tarzan Style - ©Pierre Alessandri - The Mud Day

Tarzan Style – ©Pierre Alessandri – The Mud Day

Aroo : Passons aux questions « éclair » : Ta course préférée ?

Guillaume : The Mud Day Toulouse

Aroo : Ton obstacle préféré ?

Guillaume : Touch The Sky même s’il faudrait au moins 3 ou 4 murs d’affilé pour faire une vraie épreuve.

Aroo : L’obstacle le plus difficile ?

Guillaume : « Tarzan style » ou « cross over mud mountain ».

Aroo : Ton meilleur souvenir ?

Guillaume : L’édition de Toulouse avec une super équipe 😉

Aroo : Ton pire souvenir ?

Guillaume : L’obstacle « Adrenaline shots » sur la course de Lyon, ça pique !

Aroo : Un entrainement type ?

Guillaume : un Mud Day (je ne cours pas en dehors des courses à obstacles).

Aroo : Un conseil à un débutant ?

Guillaume : Forme une équipe et lance toi ! Rappelle toi : tout seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin !

Aroo : Merci Guillaume ! Le mot de la fin ?

Guillaume : Je compte sur vous pour faire perdurer le bon esprit d’entraide et de convivialité sur les prochaines éditions !

Crédit Photo : Guillaume Gracieux.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr