Course à Obstacles & FFA : quelles conséquences ?

Il y a une semaine exactement, le journal officiel annonçait la délégation de notre discipline à la Fédération Française d’Athlétisme. Autrement dit, le Ministère de la Jeunesse et des Sports décrète, qu’en France, notre sport appartient désormais à la FFA et que cette instance est la seule agréée pour le gérer du 1 janvier 2016 au 31 décembre 2020.

Dans les faits

D’un point de vue participant, la FFA a reçu le pouvoir d’être la seule autorisée à organiser des championnats départementaux, régionaux et nationaux de Course à Obstacles. Elle possède également autorité sur les sélections internationales, la validation des entraîneurs, des juges et des règles de la discipline.

Pour les organisateurs, la FFA peut désormais réglementer l’organisation d’épreuves en France ouverte à ses licenciés.

Quelles conséquences ?

En proie avec les administrations pour obtenir l’autorisation de mettre en place leurs événements, certains organisateurs voient cette nouvelle délégation d’un très bon œil. D’autres craignent la mise en place d’une réglementation qui pourrait amener à l’annulation de leurs courses à obstacles. Du côté des athlètes, l’incertitude sur les actions qui seront mises en place est la plus totale.

Tant que l’équipe mise en place par la Fédération Française d’Athlétisme ne sera pas connue, il est impossible de dire si cette délégation est une excellente chose pour notre sport ou si cela le mènera vers l’anonymat. Espérons que la FFA saura s’appuyer sur de véritables connaisseurs de la discipline pour construire un vrai projet de développement de notre sport.

À l’heure actuelle, la seule conséquence concrète touche OCR France et ses championnats nationaux organisés en septembre prochain. L’organisation d’une compétition titrant un champion national est, en effet, passible d’une amende de 7500 € (selon l’article 17 de la loi no 84-610 du 16 juillet 1984). Les seules solutions envisageables pour l’Association des Coureurs Français sont de prendre le risque de poursuites ou de prouver légalement que la course à obstacles et l’OCR sont deux disciplines différentes.

Et à l’international ?

Si en France, l’avenir de la course à obstacles s’écrit désormais avec la FFA, ce n’est pas le cas au niveau international. En effet, la fédération internationale : l’IAAF a refusé un rattachement de notre discipline. Suite à ce refus exprimé, la course à obstacles tente de se structurer actuellement notamment autour de Ian Adamson et du président d’Olympians, Mike Miller, afin de créer une fédération indépendante : l’OSF, Obstacle Sport Fédération. Mike Miller n’est pas un inconnu du monde de l’olympisme puisqu’on lui doit l’arrivée du rugby aux Jeux Olympiques. D’autres initiatives sont également à l’œuvre.

Sèb Desbenoit

Rédacteur en chef d'Obstacle.fr, Sèb est un passionné de courses à obstacles. Des courses extrêmes à celles pour tous, vous ne le trouverez jamais dans les premiers mais toujours à l'arrivée.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr