Au cœur de la Spartan Sprint de Morzine

Samedi 1er juillet 2017 après avoir accompagné chacun des membres de ma team sur la ligne de départ de leur course : la Spartan Race de Morzine, me voici fasse à la mienne dans l’épreuve de courte distance : la Sprint. Ma cousine et ma copine Céline sont là, elles me préparent au mieux à affronter une course qui sera pour moi une révélation.

Je rentre dans le sas avec peu d’espoir concernant mes performances face à toute la concurrence féminine présente ce jour-là. Mais sur les conseils avisés de Céline, et les encouragements de ma cousine, je fais le vide dans ma tête et essaie de me détendre. Je retrouve Maria qui me tape dans le dos en me souhaitant une bonne course.

Le départ est lancé, je pars vite, je me dis que c’est maintenant ou jamais qu’il faut que je me lâche, on enchaîne les dessus dessous et nous nous retrouvons à remonter la rivière, l’eau est froide mais ça me gêne pas, je continue ma progression entre les rochers, je glisse parfois mais j’essaie de ne pas perdre de temps. On sort de l’eau et la course repart, on arrive dans le village, et là je vois qu’un gars du staff media de Spartan Race me suit, au début je ne comprends pas trop pourquoi, jusqu’à ce que j’arrive sur la slackeline, je reconnais Miguel de Spartan Nomad, il m’encourage, je monte sur la slack et la passe pour la première fois sereinement, là il me dit que je suis 3 ou 4ème fille, je ne réalise pas trop et relance ma course, s’en suivra la plus grosse côte dans laquelle je préfère marcher afin de ne pas me cramer.

Il pleut toujours et ça rend le terrain très glissant, surtout dans les descentes en rappel. Mais j’adore ça ! Je me sens vraiment bien, je ne vois pas de fille arriver derrière moi donc pas trop stressée. Il n’y a que la cascade qui m’aura saisie, je rentre dedans tranquillement jusqu’à ce que je me rende compte que je n’ai plus pied. La température de l’eau étant basse, une vague de panique me traverse mais je reprends le contrôle et me dépêche à sortir.

Puis nous voilà sur le seul porté de la course, le seau de gravier (désolée mais je ne connais pas les termes techniques des obstacles, lol), avec une grosse difficulté, ne pas y laisser ces chaussures ! Je sors de là sans trop de peine, et m’aperçois que certaines filles me remontent. Je repars donc à une allure plus soutenue, je lance quelques encouragements aux coureurs de la Beast que je croise puis franchis le pan incliné et la corde. Vraiment contente car toujours zero burpee au compteur.

La course continue jusqu’à retrouver la rivière et le village, je ne les vois pas mais j’entends Céline et Angélique qui me disent que je suis 3ème, (je ne réalise pas du tout ce que je suis en train de faire sur cette course). Je pars à l’assaut du filet où j’entends de nouveaux des encouragements mais pour Bérangère, je me dis qu’il ne faut pas que je lâche, je donne mon memory code et demande aux gars qui sont devant moi de me laisser passer pour ne pas perdre de temps dans la redescente.

Me voici face au javelot, je pense aux conseils qu’on m’avait donnés, je visualise mon lancer et je pense positif, malheureusement cela ne suffit pas, je rate. Ce sera la première série de burpees, sur laquelle Bérangère me rejoindra. Arrivée sur le ring, j’ai les mains mouillées. J’essaie la paille et mes cheveux pour les essuyer et attrape la barre, je regarde Céline et lui dit que ça glisse trop, et je chute, direction la deuxième série de burpees. Bérangère me rejoindra encore mais je termine avant elle, je me relève et cours jusqu’au feu en poussant un cri de joie et je m’effondre dans les bras de Céline trop heureuse !

Cette course est pour moi ma révélation, j’ai enfin réussi à me mettre dedans et oublier tout le reste. Jusque-là je courais en regardant les autres, je n’avais pas confiance en moi, maintenant je sais que je peux le faire…

Mais je ne terminerai pas mon récit sans féliciter Carl pour son exploit sur l’Ultra Beast ainsi que Christophe pour son weekend Trifecta mais aussi tous les membres de ma team présent sur la Beast. Je voudrais aussi et surtout remercier toutes les personnes qui ont toujours crues en moi. Cette année, mon seul objectif était de repartir avec une planche en bois Spartan Race et c’est chose faite.

Mais finalement je me dis, je l’ai fait une fois, peut-être que je peux recommencer…

Charlotte Gery

Spécialiste de la course à obstacles, Charlotte observe et chronique les courses à obstacles en France.

Continuer votre lecture

Soutenez Obstacle.fr